Brésil: « la France est une principale menace militaire » dixit un rapport de l’armée brésilienne

Un rapport secret de l’armée brésilienne, cite la France comme le seul pays constituant une menace militaire, autour de l’Amazonie.

La France, menace pour l’élite militaire brésilienne

Selon le ministère de la Défense Brésilien, la France représente une menace militaire pour le pays ces 20 prochaines années.

Le quotidien brésilien Folha de Sao Paulo a diffusé des extraits de ce document d’une quarantaine de pages. Il aurait été rédigé à partir des prévisions de 500 membres de l’élite militaire brésilienne.

Le rapport comporte, selon le journal brésilien, des « considérations géopolitiques réalistes », mais aussi des « hypothèses quelque peu délirantes », comme celle d’un attentat au virus du Sras d’ultranationalistes du Sud-Est asiatique » lors du festival Rock in Rio.

Une intervention des forces françaises en Guyane

La France est le seul pays cité en tant que constituant une menace dans le rapport.

Dans l’un d’eux, le document prévoit, toujours selon le journal, que Paris pourrait « formaliser en 2035 une demande d’intervention de l’ONU » dans les territoires de la tribu indigène Yanomami, à la frontière avec le Venezuela, avec « une grande mobilisation de forces françaises en Guyane ».

Avec ce département d’outre-mer, la France partage une frontière de 730 km avec le Brésil.

L’ambassade de France au Brésil a ironisé sur Twitter sur « l’imagination sans limite des auteurs de ce rapport ».

« La France conserve depuis des décennies des relations de coopération quotidiennes, étroites et amicales avec l’armée brésilienne », a commenté l’ambassade, soulignant, en portugais, que le Brésil « est le principal partenaire stratégique » de Paris en Amérique latine.

Les relations diplomatiques entre la France et le Brésil se sont considérablement tendues en août dernier. Une situation intervenue au moment où des images de feux de forêt en Amazonie causaient une grande émotion internationale.

Au cours d’un sommet du G7, E. Macron avait fait appel à une « mobilisation de toutes les puissances » pour défendre l’Amazonie. Il faut notifier que l’Amazonie est un « bien commun » de la planète.

Son homologue brésilien en avait été ulcéré, fustigeant une « mentalité colonialiste » et une tentative de porter atteinte à la souveraineté du Brésil

Jason

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.