Coopération France-Afrique: Le problème réside chez les dirigeants africains.

Coopération France-Afrique: Pourquoi les autres pays qui ont été colonisés sont devenus des grandes puissances et que ces pays africains francophones qui ont pris l’Europe comme mirage, retardent le développement du continent ?

Creating a thesis assertion needs excellent intelligence in the encounter of the research paper writing because it must define the essential thought of the novel. So, for those pupils who aren’t competent to create or generate stimulating thoughts, we’re supplying you with some intriguing theory article theme ideas. You constantly have to ensure it is obvious whenever you’re discussing the thoughts of the writer.

Que vaut la coopération France-Afrique ?

A la suite d’une récente parution sur la coopération France-Afrique, beaucoup de réactions nous sont parvenues qui nous motivent cette analyse. Entre autres, une parmi, qui nous séduit en ces termes : « le développement ne se décrète pas…. La France joue son rôle de pays colonisateur, les africains n’ont qu’à jouer le leur celui des pays autrefois colonisés voulant à tout prix sortir de l’étau de la colonisation », fin de citation.

Nous n’avons de cesse d’indexer la France de s’ingérer dans les affaires internes de certains pays africains et nous nous sommes rendus compte de prêcher sans doute dans le désert, puisque, rien ne bouge. Il sera très difficile à ces pays dépendants de la France de s’en sortir et voilà quelques pistes d’analyses :

Sur plus de 158 pays au monde, plus de 105 ont connu le même sort que ces africains, mais aujourd’hui, ils sont consultés par ceux qui les ont colonisés. La Chine, le Japon, le Brésil, l’Afrique du sud et j’en passe, ont connu pire, mais aujourd’hui, se hissent au sommet du respect, pendant que les africains francophones, tapis dans l’incompétence, continuent de faire croire que sans le modèle européen, ils ne seront rien.

Il faut aussi arrêter ces promesses fallacieuses intenables et irréalisables que certains leaders prônent comme des paroles d’évangile. Ils sont allés dans les grandes écoles et universités, mais pendant que les autres avancent, eux stagnent et sont incapables de proposer des modèles de développement en fonction des besoins de leurs compatriotes qui les ont pris comme des messies, des rois, et qui ont subissement bloqué l’évolution de tout un continent, par leur mimétisme, singerie, du blanc.

Dans leur carence, ils ne sont pas capables de reconnaitre leurs échecs et persistent dans l’erreur, puisqu’ils veulent mordicus que nous pensons, réfléchissons comme des blancs, au point où, les plus faibles croient qu’ils sont les subalternes et que le blanc est le plus intelligent, le maitre à penser pour lui et la domination continue. Ils sont pourtant tous bloqués, ils n’ont plus rien à proposer à leurs parents noirs.

Coopération France-Afrique: le plaisir tiré par la France

La France fait ce que bon lui semble devant des milliers qui attendent tout d’elle avant de manger, de dormir, s’habiller comme eux, parler comme eux pour dire qu’ils ont réussi leur vie.

Tant que ces africains, n’arrêteront pas de penser que c’est tout ce qui vient de l’étranger qui est roi, tant qu’ils n’arrêteront pas de consommer pour les autres, tant qu’ils croiront que pour qu’un noir puisse réussir, il lui faut être blanc dans la tête et dans l’esprit, l’Afrique restera toujours, la proie facile et les autres tenteront de lui imposer leur mode de pensée, de consommation, en un mot, l’humiliation.

On vit sous une domination pandémique et ils sont tous assis, le temps que les autres trouvent leurs remèdes, pour nous les imposer sans tenir compte des effets contraires dans l’organisme des noirs, sachant bien que les recherches n’ont pas été faites à partir de l’organisme des noirs.

Si le malade ne se plaint pas, ce n’est pas non plus le médecin qui s’en plaindrait et l’Afrique est partie pour longtemps, car de son attentisme chronique, les autres, lui feraient la pression de consommer leurs produits souvent nocifs à leur santé. Les blancs vont jusqu’à dire, qu’il faut arrêter la procréation des noirs, parce qu’ils font trop d’enfants comme s’ils leur donnaient à manger. Sur ce sujet, c’est encore et encore le manque de volonté politique et le courage d’embrayer le cerveau de la jeunesse africaine pour qu’elle cherche ce qui est bon et bien pour eux et non toujours subir.

Nous reviendrons sur ce sujet long, mais combien important et capital car si l’Afrique est bloquée, en grande partie, elle manque de leaders visionnaires qui rêvent Afrique et qui aiment véritablement l’Afrique.

                                                               Joël ETTIEN

                           Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.