Embalo accueilli à ConakryA LA UNE AFRIQUE 

Coopération Guinée-Bissau et Conakry: Embalo affiche sa solidarité à son voisin.

Umaro Embalo Sissoco de la Guinée-Bissau, vient de manifester sa solidarité aux nouveaux dirigeants isolés guinéens qu’il faut encourager. Jusque-là, il est le seul et premier président africain à se déplacer en Guinée-Conakry pour aller soutenir son homologue Mamady Doumbouya. En le faisant, il renforce la coopération entre les deux pays voisins.

Le président Embalo s’est rendu à Conakry

Le président Bissau-Guinéen a effectué une visite d’état récemment à Conakry pour aller apporter son soutien à ses jeunes frères qui ont opéré un coup d’état condamné sévèrement par la CEDEAO. Jugez d’infréquentables à cause justement de ce coup d’état qui a été salutaire pour la population, la Guinée-Conakry s’isole. En effet, la réaction de la CEDEAO ne s’est pas faite attendre et a pris des sanctions contre les militaires responsables du putsch.

C’est dans cette attente que le président Umaro Embalo Sissoco a bravé tous ces interdits pour se rendre officiellement dans ce pays, pour chercher à comprendre et les aider à sensibiliser cette CEDEAO. c’est un acte d’une haute portée historique qui va renforcer les liens d’amitié, de solidarité et de coopération.

Tout le monde sait que pendant qu’il était aux affaires, le président Alpha Condé n’était pas trop en odeur de sainteté avec son homologue voisin Emablo. Il l’a dit lui-même lors de ses échanges avec le nouveau président de la transition, Doumbouya, mais ceci n’exclut pas cela. Il a bravé donc tous ces interdits pour aller apporter sa solidarité à ses nouveaux voisins qui partagent en commun, les mêmes peuples et certaines traditions.

C’est donc au regard de cet engagement salutaire et solidaire, qu’il faut saluer l’acte et demander aussi à la CEDEAO de chercher à comprendre la souffrance de certains peuples africains, avant de sanctionner à la va-vite ces bienfaiteurs. C’est en grande partie à cause de ces sanctions imposées contre les jeunes africains qui assument la délivrance de leurs peuples que ceux-ci refusent de partir et abrogent leurs engagements. Au Mali par exemple, la CEDEAO en voulant sanctionner les militaires, ceux-ci se sont tournés vers de nouveaux alliés et aujourd’hui, l’organisation sous-régionale n’a plus la main mise sur ce pays.

Il faut saluer ce courage du président Embalo qui préfère se rapprocher avant de prendre des positions et suivre cette CEDEAO comme les autres le font.

C’est pourquoi, nous estimons que c’est un acte de bravoure et de solidarité à encourager; car le faisant, la CEDEAO se mettra à jour et en conformité avec les réalités sociopolitiques des africains qui souffrent souvent des affres de leurs dirigeants: le cas de la Guinée-Conakry et le Mali.

                                                                     Joël ETTIEN

                        Directeur de publication : businessactuality.com

Related posts

Leave a Comment