Côte d’Ivoire: Les actes et paroles du président Gbagbo seraient-ils de la provocation ou du positionnement politique ?

Les actes et les paroles du président Gbagbo sont-ils de la provocation ou du positionnement politique ?

Le président Gbagbo prend la parole dès son retour

Le président Gbagbo est rentré et il a commencé à parler bien avant de rencontrer le président de la république dont on vient d’apprendre par des quotidiens ivoiriens que les deux se sont parlés au téléphone.

Les paroles du président Gbagbo pour l’heure, ne sont que des adresses et non de discours officiels, mais l’homme veut vider ce qu’il a sur le cœur. Aussi, il est bon de souligner que le président Gbagbo a été ancien chef d’état de ce pays et c’est la raison principale de son isolement à la Haye.

Il a laissé la Côte d’Ivoire dans des conditions difficiles et l’homme d’état qu’il est, voudrait donner sa version pour rassurer et orienter. C’est le contraire qui serait difficile : rentrer et se taire. Mais s’il a commencé à parler, c’est un bon signe qui voudrait dire qu’il se vide.

On ne peut plus refaire l’histoire d’un pays, mais qu’on lui concède ce droit de parler et vider le contenu de sa rancœur et de sa douleur. Sur ce constat, il ne fait pas de la provocation. Il est parti et derrière lui, son parti politique s’est disloqué, il a du pain sur la planche et le président Gbagbo a fort à faire. Il ne faudrait pas que le camp adverse prenne position pour raviver la flamme de la reprise des hostilités.

Il est conscient que rien ne va dans son parti politique le FPI. On constate qu’après Daoukro, l’homme se fait oublier car il a besoin de prendre de vrais angles pour attaquer les vrais dossiers de ses familles biologique et politique. Il marque un silence et sans doute qu’il entame des consultations en interne pour écouter les uns et les autres avant de mettre le pied dans le plat.

Il ne faudrait pas que ses paroles et ses actes effraient. Le président Gbagbo est un homme avertit politiquement et nous ne sommes pas sûrs qu’il porterait ce chapeau d’abeilles pour susciter la reprise d’une guerre dont il en connaît les conséquences. Comme il aimait à le dire: « celui qui a vu le lion de près et celui qui l’a entendu rugir, n’ont pas les mêmes manières de courir« , il n’aura aucun intérêt à réveiller les vieux démons, mais aussi, il ne doit pas se taire tout autant.

Le physique de l’homme s’est ramolli et il a d’autres préoccupations majeures à régler mais en même temps, il se constitue en soldat pour son parti politique.

Non, il ne faudrait pas qu’à partir de ses paroles et ses actes le RHDP croit qu’il serait venu pour faire rappeler aux uns et aux autres de reprendre les armes pour le remettre au pouvoir.

Il aura fort à faire et il faut l’y encourager à remettre son parti politique en ordre de bataille pour lui permettre de participer aux échéances importantes à venir. Si on veut jauger la vitalité démocratique de ce pays, cela passe nécessairement par ces gestes, la liberté d’expression surtout.

                                                                Joël ETTIEN

                    Directeur de publication : businessactuality.com  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.