Côte d’Ivoire: Alassane Ouattara, comme un chasseur dont la gibecière est remplie de paix et de réconciliation.

Alassane Ouattara, son baluchon remplit de gibiers comme un chasseur de retour sur le chemin des tropiques ivoires. Considéré à tort ou à raison selon, comme le pourfendeur des crises ivoiriennes, Ouattara revient avec ses gibiers de paix et de réconciliation dans sa gibecière.

Le retour de Ouatarra avec ses gibiers de paix

C’est celui qui gagne la guerre qui en définit ses contours. Il est libre avec ses partenaires de juger qui ils veulent ou à qui tolérer, mais arriver à un moment, il faut entendre le cri du peuple.

Quand le président Gbagbo était au pouvoir, il avait gagné la guerre sur le général Guei Robert et avait initié le forum de la réconciliation. Le seul qui n’en a pas initié, c’est le président Bédié.

Maintenant c’est le tour du président Ouattara de poser ses actes pour rentrer dans l’histoire. Il avait pensé, malheureusement, il n’est pas le seul dans l’équipage à décider; la France y joue un rôle important. Il fallait la convaincre de la sauvegarde de ses intérêts et de la stabilité du pays avant d’entamer quoi que ce soit. Le temps a fait son temps, mais c’est la finalité qui compte.

Il a autorisé le retour du plus illustre des prisonniers, le président Gbagbo, depuis le 17 juin 21, et qu’il ait été à l’aéroport ou pas, Gbagbo est de retour. Les autres doivent logiquement suivre la cadence s’ils le veulent, mais en tout cas rien ne les y contraints.

Il faut à cet effet que les discours suivent le déroulé de la politique et que celui qui en est allergique, se retire. Les ivoiriens vont passer à la paix, c’est pourquoi il faut éviter le désordre et les discours haineux et belliqueux.

Il faut intégrer que c’est celui qui a gagné la guerre qui en fixe sa volonté de paix et sur ce sujet, il faut reconnaître que le président Alassane Ouattara, est comme ce chasseur qui revient à la maison, son baluchon remplit de gibiers pour nourrir ses compatriotes : ce sont la paix et la réconciliation.

Ces milliers de morts, qui en sont les responsables ? Quand on pose la question, des visages changent, or il a dit qu’aucun ivoirien ne sera traduit à la CPI et pourtant la même CPI dit qu’elle continue ses enquêtes dans le camp adverse. Est-ce qu’elle a entendu le président Ouattara sur le sujet ?

Maintenant, les ivoiriens attendent les rencontres entre les frères d’hier qui étaient des frères et que la France a failli les diviser. Le temps ayant fait son temps, les trois ténors de la vie politique ivoirienne doivent se rencontrer pour redéfinir leur volonté, leur cadence selon leur son de musique. Le peuple quant à lui, est prêt à danser parce que « le chasseur » revient à des meilleurs sentiments.

C’est celui qui porte ses bagages qui en connaît le poids et nous osons croire que le président Alassane Ouattara revient

de loin, car pour rassurer à accepter ce qui arrive devant les ivoiriens, il a dû batailler fort, quand on connaît l’arrogance des animateurs de la France-Afrique qui tiennent les manettes.

Ainsi, le chasseur revient avec de quoi nourrir tout le peuple ivoirien. La paix, une fois qu’elle est actionnée, ne souffrirait pas dans son application, puisque les ivoiriens en avaient fait leur deuxième religion et si la réconciliation veut s’ajouter, ils ne feront que danser.

Ainsi, l’honneur revient au vainqueur qui veut rassembler tout le monde. Peu importe le nom qu’on donnerait à la paix « made in Alassane Ouattara », le seul but, c’est que la Côte d’Ivoire revienne aux ivoiriens et ceux qui se sont enrichis, viennent investir chez eux pour créer des emplois sous le contrôle du président Alassane Ouattara.

Bientôt, les paroles vont se délier et ça sera la floraison des chansons, qui sont d’ores et déjà dans les studios et tout le monde dansera.

                                                       Joël ETTIEN

              Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.