Côte d’Ivoire: Arrah dans un silence méditatif après l’annonce du malaise du roi Ahua.

Arrah est envahie depuis le 03 juin dernier de murmures et d’un faux silence qui arpente les rues et ruelles de la cité et les réseaux sociaux ont commencé à attrister le peuple. Ils viennent encore d’alerter le peuple. Autrefois, ce sont les tamtams parleurs qui s’en chargeaient, mais cette fois, ce sont les réseaux sociaux. Il y en a tellement que personne pour leur donner des limites et c’est la fuite des grands secrets traditionnels.

Arrah dans le calme attentif

Les nouvelles ne sont pas bonnes et on attend tous le son des gros tamtams parleurs pour avoir le cœur net. On annonce la fracture de la jambe du roi. Le roi du peuple Ahua, a très mal aux pieds et tous les agnis cherchent à mettre à l’abri leur bétail et surveiller leurs enfants car en pareille circonstance, ce sont les plus en vue qui peuvent subir. Mais ce qu’il faut retenir, ça sera la redéfinition des rôles traditionnels et le positionnement d’une classe de leaders qui se profile à l’horizon.

Nanan Téhoa II qui a régné durant plusieurs années sur le royaume ahua, a très mal aux pieds, disons à ses jambes. Les jours si doux et si paisibles dans la commune d’Arrah, vont connaître un bruit assourdissant. Les témoins du temps et les responsables du trône, se concertent pour mieux annoncer la fracture de la jambe du roi, mais hélas, les réseaux sociaux sont déjà passés.

La ville d’Arrah s’est revêtue de son manteau craintif, douloureux. Qui sera le prochain roi si et seulement si la jambe du roi ne s’en remettait pas ? La tradition est à pieds d’œuvre et les semences de cette année, seront emmaillotées de bruits de tamtams parleurs et ils vont parler bientôt.

Les signes du temps écrivent de nouvelles pages et seuls les connaisseurs verront. Des oiseaux d’une rare espèce feront leur entrée dans la ville et le soleil n’entrera pas aussi facilement pour éclairer les jardins et sécher les fèves de cacao, le roi a mal à sa jambe.

La tradition va se voir à nouveau en ébullition par le portrait-robot du successeur, mais les agni font tout pour épargner le pire et limiter les grabuges. A qui le tour ?

Une nouvelle classe de leaders va se profiler à l’horizon. Les anciens existants, qui avaient le soutien et la complicité du roi, se doivent de s’affuter de nouvelles stratégies pour avoir les faveurs de la nouvelle royauté. Mais il faut éviter que les cadres se mangent le nez pour retarder le développer la région. Une amorce est visible à Arrah.

Il ne faudrait pas que les ressortissants d’Arrah, mélangent la politique conflictuelle à l’avancement et au développement de leur cité car la main a beau se promener, elle finit par retomber sur le ventre.

                                                                   Joël ETTIEN

                     Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.