Côte d’Ivoire: Nouvelle attaque contre l’armée à Anyama.

Attaque du 3ème bataillon d’Anyama dans la nuit du 20 avril 21 : bilan : 1 blessé côté ivoirien et 3 assaillant tués. Les individus, auteurs de cette attaque de la base du bataillon pilote projetable (BPP), située à Anoukoua Kouté, seraient venus à bord de 3 minicars, appelés Gbaka, bilan partiel 3 assaillant tués et 1 blessé grave côté ivoirien et des ratissages sont en cours information concordante venant des forces armées ivoiriennes.

Le 3ème bataillon d’Anyama ciblé par une attaque

Abidjan ne serait-elle pas envahie par les terroristes et pourquoi la population doit collaborer avec les forces de défense et de sécurité. Hier, mardi 20 avril 21, au moment où les africains pleuraient pour certains l’assassinat du président Idriss Déby Itno, le gouvernement ivoirien faisait circuler une note de service attirant l’attention du peuple ivoirien, d’une éventuelle attaque. Des villes ont été citées, San-Pédro, Dabou, Abidjan, Anyama et voilà qu’à Anyama, les forces de sécurité ont repoussé, une attaque qui a fait des morts dans le camp des terroristes et un blessé côté ivoirien.

Pourquoi autant de convoitise pour faire de la Côte d’Ivoire, une proie à vouloir la manger ? D’après certaines sources d’information non plausibles, ce sont les anciens rebelles non satisfaits qui se signalent pour revendiquer leur dû et d’autres, pour dire que c’est l’invasion du djihadisme pour implanter leur islam radical.

La Côte d’Ivoire est devenue la plate tournante de la drogue et tous les jours ce sont des milliers de tonnes que les forces de l’ordre qu’il faut saluer au passage pour leur vigilance, ne font que traquer.

Pendant que les citoyens dorment, le pouvoir a les yeux ouverts et il multiplie, les appels à la vigilance. La Côte d’Ivoire semble envahie par ces terroristes. C’est au regard de toutes ces corvées que la population doit contribuer à dénoncer et à aider les forces de l’ordre à dénoncer tout individu suspect.

A cette allure tous les ivoiriens doivent se mettre dans la défense. La capitale économique ivoirienne ne serait-elle pas envahie par ces tueurs froids et sans état d’âme et si oui comment s’y prendre ? La vigilance et la contribution de tous pour éviter la mort aux ivoiriens, pour des raisons inavouées à ce jour.

La Côte d’Ivoire est infiltrée et ces infiltrés agissent pour le compte de qui et pourquoi, nous attendons, la réponse.

                                                             Joël ETTIEN

      Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.