Côte d’Ivoire: Si certains burkinabé désirent devenir ivoiriens, qu’ils en fassent la demande.

Si certains burkinabé désirent devenir ivoiriens, qu’ils en fassent la demande comme il existe dans tous les pays du monde, mais passer par ces moyens détournés, ce n’est pas catholique.

Ces burkinabé qui désirent la nationalité ivoirienne

Si les colons ont divisé les pays africains, ils ont bien leurs raisons. Autrefois, il y avait la Haute Volta et la basse Volta. Plus tard, les deux pays se voient séparés et la Haute Volta devient la Côte d’Ivoire et l’autre a porté le nom de Haute-Volta.

Au début des indépendances, les français ont décidé de faire de la Côte d’Ivoire, leur base agropastorale, avec la plantation du café et de cacao, il leur fallait de la main d’œuvre et c’est vers la Haute-Volta que ceux-ci, sont partis pour les convaincre de venir travailler dans les grandes plantations. Ainsi, certains ivoiriens se sont donnés à la plantation de ces deux matières premières agricoles, surtout en milieu forestier et qui ont manifesté d’avoir cette même main d’œuvre.

Tous ces voltaïques qui sont devenus aujourd’hui des burkinabé, ont bien été accueillis dans les villages comme des frères. Il n’y avait pas de problèmes de cohabitation conflictuels. D’où est venue cette vengeance des enfants issus de ces générations de Voltaïques, de vouloir annexer la Côte d’Ivoire ?

Le président Blaise Compaoré n’a pas été sincère dans ces troubles. C’est lui, qui a été le démarreur de cette vengeance. C’est sous sa mandature qu’il a permis à son pays d’être la base arrière pour attaquer la Côte d’Ivoire et depuis, cette date à ce jour, le sommeil des ivoiriens est troublé par ces burkinabé.

Alors, puisque les ivoiriens ne veulent pas se faire annexer, autant changer les donnes, c’est-à-dire, pour tout burkinabé qui veut devenir ivoirien, qu’il en fasse la demande officiellement. Sur le nombre de troubles en Côte d’Ivoire, il y a plus de burkinabé que d’autres étrangers, souvent masqués. Tous ces enfants en conflit avec la loi appelés abusivement, microbes sont pour la plupart des jeunes burkinabé. Souvent, ils ne savent même pas les raisons de ces missions, puisqu’ils sont tous des mineurs, exploités et détournés de leurs parents souvent complices mais ils y vont pour tuer. A leurs propres risques et périls.

Pourquoi servir de bras armés, de mercenaires et de base arrière pour détruire par la violence et la barbarie ? Dans tous les pays au monde quiconque étranger qui y vit et désire solliciter leur protection, font la demande de naturalisation et s’ils remplissent les conditions, on leur attribue leur nationalité. Pourquoi les burkinabé en font pas pareil ?

                                                                 Joël ETTIEN

          Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.