Côte d’ivoire: le cancer du col de l’utérus touche plus de femmes

Attention à d’autres dangers liés à la femme, le cancer du col de l’utérus de la femme ivoirienne est le plus récurrent, selon un gynécologue.

La lutte contre le cancer du col de l’utérus devient primordiale

Le Pr Antoine Djanhan, gynécologue à l’université de Bouaké, a constaté que le cancer du col de l’utérus de la femme ivoirienne, est le plus récurrent, invitant les femmes à se faire dépister, mais où en sommes-nous de la sensibilisation sur cette pathologie ?

C’est depuis le 18 avril 2019 qu’il a lancé l’alerte et nous voudrions savoir, où on en est avec ce fléau qui tue plus de femmes, en Côte d’Ivoire.

Le cancer du col de l’utérus, de la femme est une infection qui part de la contraction d’un virus responsable de la pathologie, lors des rapports sexuels avant l’âge de 17 ans, nous fait remarquer par le Pr Antoine, mais qui rassure qu’elle puisse se faire traiter très tôt pour en guérir.

C’est pourquoi, il est impérieux de s’approcher des services de cancérologie pour savoir comment cette pathologie évolue et où nous en sommes.

Nous avons tous qu’autour de la femme, plusieurs maladies sont liées, mais la médecine qui suit cette évolution, informe par la sensibilisation, sur certains dangers liés à la femme et qu’une fois, diagnostiqués très tôt, les femmes en guérissent. Dans le cas où, ces cas sont sus, ils se traitent pour donner la vie aux victimes.

En Côte d’Ivoire, le problème sanitaire lié à l’appareil génital de la femme est très sérieux et récurrent, car certaines n’ont même pas l’information pour prendre leurs dispositions. Ainsi, dans les contrées lointaines, des femmes meurent par la faute d’information et du manque de soins et d’équipements dans les centres de santé.

Nous voudrions aussi savoir, s’il y a des prises en charge pour ces malades et comment les obtenir.

Comme le dit le Pr Antoine Djanhan, le cancer du col de l’utérus, atteint la femme, à son jeune âge, c’est-à-dire à partir de 17 ans. Informez autour de vous, pour sauver des vies. Si le Pr Antoine Djanhan, pouvait nous faire, l’état des lieux, pour nous instruire.

                                          Joël ETTIEN

      Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.