Côte d’Ivoire: Le choix de candidats à la législative pourrait provoquer des départs.

Le moment du dépôt des dossiers de candidature pour la législative en Côte d’Ivoire dans les QG des partis politiques a démarré et il y a un risque d’abus, de cooptation et de copinage des candidats et cela va susciter, des mis à l’écart qui gonfleront le rang des candidats indépendants. Attention donc à des nouveau naufrages qui provoqueraient des séismes à l’avenir.

Dépôt des dossiers pour la législative

A Arrah, un département plus grand, il n’y a qu’un seul poste de députés, pourtant, ce département seul comporte 2 grandes sous-préfectures, soit défavorisé dans le découpage électoral. Pourtant, on nous annonce que dans le nord de la Côte d’Ivoire, il y a des zones peu habitées qui ont plus de trois à quatre postes de député. De quoi a-t-on peur ?

Dans cette circonscription électorale, à Arrah, le PDCI RDA a choisi un candidat qui risque de le faire perdre, parce qu’il serait le feuil du président Bédié et du coup, ceux qui étaient sur le terrain depuis des lustres, à chaque weekend, à venir organiser des tournois de football, de Maracana, qui apportent leurs soutiens aux familles désœuvrées, qui assistent les familles pendant la rentrée scolaire, comme ceux-ci, n’ont pas de relations au sommet de la direction de leur parti politique, seront lésés et partiront en candidature indépendante et gagneront, puisque c’est eux que la population connaît.

La ville d’Arrah a-t-elle choisi son candidat pour la législative ?

A Arrah, le seul qui semble mettre tout le monde d’accord sur les désaccords, c’est M. Mathias Ahondjon qui donne sans rien demander en retour et à qui la jeunesse, veut absolument restituer sa reconnaissance et sa gratitude. Donc à Arrah, c’est bouclé et géré.

En cooptant ou en copinant, les vrais acteurs au développement seront frustrés et une autre catastrophe guette ces partis politiques. Dans des cas où il y aura des frustrés qui regretteront d’avoir perdu tout leur temps, dans ces certaines formations politiques, ne connaissant personne auprès du demi-dieu, n’auront pas des faveurs et encouragements, ils iront tous en candidature indépendante et vers la fin, se déverseront dans le parti au pouvoir.

Il faut faire très attention dans le choix. Au demeurant, écouter, les responsables des bases, ceux-là qui vivent et partagent le quotidien des électeurs, leurs avis pourraient faciliter des décisions.

                                                           Maurice Kouakou

                                                     Correspondant à Abidjan  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.