Côte d’Ivoire: cassure au sein de la famille RHDP?

Tout ce qui se dit ou se trame au sein de la famille rhdp, n’est que de la pure diversion.

Quelque chose cloche au sein de la famille RHDP…

Depuis un certain moment, les journaux et la toile sont bondés de ce qu’il aurait un remaniement parce que certains ministres, se rebelleraient contre la candidature de Gon Coulibaly et donc, on doit les virer du gouvernement. C’est trop beau pour être vrai.

Le ministre des affaires étrangères, M. Amon Tanoh, ne veut plus suivre la cadence et veut se démarquer pour se candidater ? Soit c’est l’hôpital qui se moque de la charité ou ce sont les ivoiriens, qui ne voient vraiment rien.

Qui est Amon Tanoh par rapport au président Ouattara ? Connaissez-vous leurs relations ? Voilà ma part de connaissance pour leur histoire. M. Amon Tanoh, est un akan, un agni donc difficile de trahir.

 Le Quais d’Orsay aurait conseillé au président Ouattara de se candidater sauf si le vieux Bédié s’entêtait à y aller. Le même Quay d’Orsay, déconseillerait aussi au président Ouattara de ne plus promouvoir la candidature d’un cadre du nord à la présidence de la république, pour éviter des troubles, car il y aura trop de mécontentements dus à la promotion exagérée de ceux-là.

Le conseil est pris au sérieux et le président Ouattara est très embêté parce qu’il aurait fait la ferme promesse à Gon Coulibaly de le remplacer, comme si la Côte d’Ivoire était leur monarchie. Cette décision le président Ouattara l’avait prise quand Soro Guillaume tempêtait quand il était encore dans l’appareil du rdr. Soro est parti, ou du moins pour l’instant, du coup, dans la famille RHDP du président Ouattara, des clans se forgent. Ce qui est normal.

Comme l’ont conseillé ses amis, le président Ouattara malicieusement va jeter la candidature de son ministre des affaires étrangères, M. Amon Tanoh, qui est un akan pour faire cette diversion et pour diviser cet électorat akan, si et seulement, le président Bédié, se candidatait. Mais tout ça, c’est de la poudre aux yeux.

Que fera le chef de la famille RHDP?

M. Amon Tanoh, pour rien au monde, se désolidariserait du président Ouattara. Je dis bien, jamais. Il connait les forces de frappe et nuisance de son chef, il ne peut pas prendre cette audace. C’est un gros risque.

Le président Ouattara sait aussi que la santé de celui qu’il voulait lancer pour faire ombrage à Soro est très fragile. M. Gon Coulibaly est fragile. Son physique l’atteste. Pourtant autour du président Ouattara, ce sont les cadres du nord qui le ceinturent et il est embêté ; Il est pris en otage.

La sortie de M. Affi N’guessan vient de tout chambouler. Si le FPI se met en rang de bataille dans l’union pour poser les vrais problèmes dont souffrent les ivoiriens, tous les projets du président Ouattara vont tomber à l’eau. Le rêve de M. Gon Coulibaly sera brisé.

La machine de l’unité du FPI va broyer tous les espoirs et il y a certains calculs qui ne seront plus à l’ordre du jour.

Palabres au sommet de l’Etat

Les bruits sur le départ du ministre Amon Tanoh et palabre au sommet de l’état de Côte d’Ivoire, entre M. Duncan et M. Gon Coulibaly ne sont que de la pure comédie. Qui dans le cercle du président Ouattara ne le connait pas assez pour oser le défier ? Qui ne connait pas sa capacité de frappe et de nuisance pour tenter troubler son sommeil ? Non, les ivoiriens doivent s’orienter vers le réveil et l’union qui se dessinent au FPI. C’est là-bas que viendrait peut-être leur salut.

Quand on regarde bien M. Duncan, quel courage aurait-il pour défier le premier ministre Gon Coulibaly ? Même si comparaison, n’est pas raison, mais les yeux voient quand-même bagage qui est lourd. Non ne prêtez pas ces genres d’intentions pour affaiblir vos analyses. Autour de Ouattara, celui qui a osé et qui va se retrouver soit en prison à Abidjan ou être déporté à la CPI, c’est bien Soro Guillaume.

Le président Ouattara ne joue pas avec son pouvoir et pendant qu’il est encore là, bien portant, personne dans son entourage ne peut se permettre de le défier, il prendrait trop de risques, donc tout ce qui se trame, ne sont que de la pure distraction pour désorienter le regard des ivoiriens. Si le rhdp se croit dans l’assurance de vouloir de gagner ces élections en seul tour, attention, l’espoir semble se pointer à l’horizon, l’union sacrée du FPI pour le reste, ce sont des larmes de crocodile.

Les ivoiriens ne doivent plus se laisser aller par ces faux calculs de diversion pour retarder leur vision et leur courage longtemps endormis dans le terroir des aventuriers et des bourgeois qui croient qu’une lutte politique se mène dans les salons. Si M. Ouattara s’était assis dans un salon, il ne prendrait jamais ce pouvoir.

Pour l’heure, la rencontre Affi-Gbagbo semble donnée du volume dans les actions et bientôt, le peuple qui se cherche un vrai leader pour occuper les rues, vient d’en avoir.

C’est maintenant que les choses sérieuses vont commencer, donc ces histoires de Amon Tanoh, palabre au sommet de l’état, sont une baisse de vue politique, l’essentiel arrive.

                                                                               Joël ETTIEN

                        Directeur de publication : businessactuality.com   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.