Côte d’Ivoire/coup d’état: La chasse aux militaires coupables ou innocents a commencé.

Arrestation tous azimuts dans l’armée, la gendarmerie et la police, à qui incombe cette course contre la protection et la méfiance ? En décembre dernier, toute la Côte d’Ivoire était en ébullition, des murmures d’un coup d’état, le comportement suspect de l’opposition favorable à toute tentative de déstabilisation et le pouvoir dormait, comme le crocodile, un œil ouvert. Le pouvoir ivoirien, en matière de renseignements, est très équipé et quasiment, on a l’impression que chaque ivoirien est surveillé de près ou sous écoute. Qui veut aller loin, ménage sa monture et le président Ouattara sur les questions de sécurité, il ne badine pas.

Arrestation des présumés suspects du coup d’état

Depuis sa réélection difficile d’octobre dernier à ce jour, sa prudence est de mise. L’opposition qui lui avait lancé, un comité national de transition, comme si le pouvoir était en déliquescence, avec des mots d’ordre qui pouvaient susciter des troubles populaires, le pouvoir en a pris de la bonne graine. Comme M. Soro Guillaume de sa cachette, lançait la guerre, donc, c’était de son côté que tous les lampions étaient allumés.

Localement, les tenants des discours belliqueux sont mis aux arrêts, Affi N’guessan du FPI, Maurice Kakou Guikahué et d’autres de sa formation politique le PDCI RDA. Le champ était déblayé. De fil en aiguille, la torche se tourne vers les hommes en arme. On ne peut pas faire un coup sans ceux-là et voilà que depuis un certain moment, des grappins sont mis sur certains qui auraient eu des relations directes ou indirectes avec M. Soro Guillaume. Ainsi, des hauts gradés sont pris dans le filet.

Comment, si cette intention venait de M. Soro Guillaume, il allait arriver à l’exécuter ? Est-ce que Soro a oublié en si peu de temps, l’homme Ouattara pour tenter de le déséquilibrer ? Comme disait un des proches du président Ouattara, on peut tout tenter de servir des plats au président Ouattara, mais pas d’intimidation ou de chantage. Il adore ça, me disait-il. Soro aurait-il cru que le président Ouattara, serait-il devenu, un nouvel homme sans prudence ?

Coup d’état manqué, des militaires paient le lourd tribut

Il ne peut pas être au pouvoir et dormir comme si de rien était pour qu’il soit surpris ? Non, s’il est dans ces calculs, soit il abdique ou il fait allégeance. L’opposition sur qui, il voulait s’appuyer, vient de le lâcher pour participer aux élections locales, c’est qu’elle reconnaît implicitement la victoire du président Ouattara, donc logiquement, l’ordre selon la version Ouattara, va se rétablir et les choses vont suivre le cours normal de leur quotidien.

Ces gradés dans l’armée, officiers, sous-officiers qui ont soutenu l’arrivée au pouvoir du clan Ouattara, beaucoup vont payer le prix de leurs forfaitures. Au moment où les anciens détenus vont bientôt recouvrer la liberté, de nouveaux vont les remplacer, dans les cellules pénitentiaires où la commodité n’existe pas. Ils iront goutter aussi, aux fruits de la privation de liberté. Ça n’arrive pas seulement qu’aux autres.

Ces militaires, policiers et gendarmes qui sont en train, d’être cueillis, sont-ils innocents ou coupables, Ils paieraient le prix de leur fidélité à Soro Guillaume, ou ce sont des règlements de compte, les ivoiriens n’en ont pas besoin, qui aspirent à la paix et au retour de cette paix perdue volontairement par la faute des politiques et le pouvoir pour s’implanter. C’est encore le moment de suivre le fonctionnement de la justice ivoirienne qui nous espérons, mènera de vraies enquêtes avant de sévir.

                                                      Joël ETTIEN

    Directeur de publication : businessactuality.com   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.