Côte d’Ivoire: Il faut mettre fin à l’indiscipline des chauffeurs de transport de personnes.

Pour celui qui arrive à Abidjan, la capitale économique de ce pays, il sent que les choses sont en train d’évoluer, mais, à quelques niveaux de la société, l’indiscipline en particulier celui des chauffeurs de transport efface tout. La Côte d’Ivoire bouge, mais l’indiscipline la rend en désordre.

Les chauffeurs de transports de personnes indisciplinés

A commencer par les chauffeurs de taxi, en un mot, les chauffeurs de transport de personnes, ils se comportent comme si l’obtention de leur permis de conduire, n’a pas été effectuée dans une auto-école et c’est le bazar.

L’année dernière, une famille entière a été massacrée par des chauffards. Le mari, sa femme et leur fils, faisaient leur sport en empruntant la chaussée réservée aux piétions, on ne sait par quelle alchimie, l’assassin s’est déporté sur ce trottoir et tue les trois sur le coup.

Comme on ne tire jamais les leçons de ce que les ivoiriens vivent et sanctionner sévèrement les fauteurs de ces troubles, les autres se croient imbus de leur désinvolture pour semer la peur dans le cœur de ces ivoiriens, qui ne savent plus, où marcher.

Hier matin, au carrefour d’Abidjan Mall, un centre commercial, très prisé et connu, il y avait le bouchon. Qui dit bouchon, dit lenteur de la circulation. En montant la colline, une dame, un écolier et un petit commerçant, ont failli se faire ramasser par un taxi, qui a préféré aller plus vite, en empruntant, le trottoir réservé aux piétons. De peu, il les ramassait et tous ceux qui ont suivi l’acte, pour ceux qui pouvaient crier, l’ont fait et pour nous autres, on était stupéfaits.

La question que l’on se pose, que font véritablement les forces de l’ordre censées réglementer la circulation ou faire respecter à ces chauffeurs, les règles élémentaires du code de la route ?

Au niveau de la corniche qui pose des problèmes pendant les périodes de pluie, ces chauffeurs, en dépit de tous les efforts, préfèrent se frayer eux-mêmes, leurs chemins, pour vite arriver à leur destination. Dans un pays, celui qui y arrive, c’est par ce constat qu’il se fait une idée du pays, c’est-à-dire les usagers de la route et sur ce sujet, les autorités ivoiriennes ont maille à faire.

Pour l’image du pays et les efforts du gouvernement, il faut sévir à ce niveau pour mettre de l’ordre et cela en passant par la réglementation des forces de l’ordre qui semblent, encourager cette indiscipline.

                                                                 Joël ETTIEN

                           Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.