Côte d’Ivoire: Les comptes bancaires inactifs depuis 10 ans, seront perquisitionnés par le pouvoir.

Perquisition des comptes bancaires inactifs depuis plus de 10 ans par ses détenteurs, une décision que va prendre le gouvernement ivoirien et qui va l’appliquer, puisqu’il sera majoritaire dans toutes les chambres, voilà, une des conséquences de l’inexistence et l’inactivité de l’opposition ivoirienne.

Perquisition de comptes bancaires par le pouvoir ivoirien

En effet, une décision très grave va être prise par le pouvoir ivoirien, de s’approprier de tous les comptes bancaires dont les détenteurs, pour la plupart sont décédés et dont aucun ayant droit, n’y a accès et pour ceux qui ont été poussés en exil par la crise sociopolitique grave et en face, il n’y aura aucun contre-pouvoir pour arrêter la mise en pratique de cette décision qui causera encore plus de morts.

Pendant ce temps, ceux-là qui se sont commis le titre de politiques, sont terrés chez eux et le pouvoir va arracher tout cet argent de ces ivoiriens tapis dans l’ombre. Au lieu de laisser les ivoiriens qui ont choisi de faire la religion prêcher dans leur temple, les politiques ivoiriens sont allés se substituer à eux et comme il n’y a personne en face, alors le pouvoir va donner toute l’attitude de faire ce qu’il veut.

La société générale Côte d’Ivoire a mis à disposition depuis le 15 mars dernier, la liste de ces comptes sans « propriétaires », sur cette liste se trouve le nom de l’ancien ministre Bohoun Bouabré, qui a été contraint d’aller vivre en Israël et y mourir parce qu’il n’avait pas d’argent pour payer des soins.

Les jours à venir seront encore plus cruels, mortifères que les ivoiriens n’aient jamais vécu. On annonce pourtant le retour des exilés et ceux-ci, éloignés du pays le début de la crise, il y a plus de 10 ans, logiquement frappés par cet arrêté, ils vivront de quoi et avec quel argent ? La réconciliation fait-elle partie des préoccupations capitales du régime Ouattara ? Pourquoi avoir attendu la mort de Hamed Bakayoko pour sortir une telle décision ?

Ça s’annonce inquiétant et dramatique, les jours et les mois à venir. Comme me disait, un artiste ivoirien à la suite du décès de Hamed Bakayoko, pourrions-nous avoir la liberté de nous exprimer, Hamed n’étant plus en vie ?

                                                               Joël ETTIEN

        Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.