Côte d’Ivoire: La politique de décentralisation est un échec.

La décentralisation en Côte d’Ivoire parlons-en. Certains ivoiriens se plaignent de la montée vertigineuse du grand banditisme à Abidjan, de la surpopulation et ses dangers sanitaires, les bouchons interminables, l’économie qui n’évolue guère, tout est un semblant d’évolution. La décentralisation qui devrait créer des emplois, n’a jamais été effective et tous ces vœux pieux sont devenus des vœux rêveurs.

La décentralisation: un éléphant blanc

Quand on a parlé de décentralisation en Côte d’Ivoire pour ceux qui en ont une idée, et qui ont connu certaines villes comme en France où chaque ville est autonome, c’était la joie. En France, on naît dans des villes où les écoles sont là, les magasins, les édifices, monuments, pôle d’activités, comment voulez-vous qu’un tel prodige vienne à Paris pour pourrir l’atmosphère ? Il y a des gens qui sont nés dans certaines villes françaises qui ne connaissent même pas leur capitale Paris.

Comment se fait-il que dans le cadre de l’opération de la décentralisation, on veille à faire de la rétention ou des slogans puérils ? Des grands vœux pieux pour endormir le bas peuple et voilà Abidjan qui se trouve dans un désordre épouvantable. Tous les jours, on rappelle au gouvernement qu’il faut qu’il rende effectif le transfert de la capitale politique et administrative à Yamoussoukro, sans succès.

On annonce le réveil de certaines petites usines de transformation abandonnées à cause des crises, mais qu’est-ce qu’elles peuvent résoudre comme problèmes de chômage ?

Tout est centré et concentré à Abidjan. Après, on est surpris des viols, vols, rituels, épidémie en tous genres, la perversité qui devient le quotidien des ivoiriens qui n’ont pas le choix que de subir. Tout est à Abidjan.

Rendez-vous les samedis à Yopougon, une banlieue abidjanaise, un centre commercial dénommé Cosmos, les gens se marchent sur les pieds pour faire entrer leurs enfants tellement que c’est concentré sur un petit espace.

Quand on est élu président de région, pour avoir les moyens de sa politique, il faut appartenir au parti politique au pouvoir, sinon le budget est réduit de moitié ou réglé en monnaie de singe. Comment peut-on rendre effective la décentralisation tant chantée ? il faut sauver Abidjan sinon, la ville va exploser un matin et ça sera la catastrophe. 

Pour que les pompiers arrivent sur un lieu d’un drame, pour qu’une ambulance qui transporte un malade grave puisse arriver à l’hôpital, c’est la croix et la bannière. C’est dans quelle ville on peut trouver ces genres de dérives pour tuer la vie ? Tout le monde se sent obligé de venir à Abidjan pour trouver du travail et pourtant, ce travail peut se délocaliser dans les régions pour permettre à la capitale économique de se faire une nouvelle santé.

Yamoussoukro meurt. Korhogo, Daloa, Bouaké, Gagnoa, Abengourou etc., aucune ville n’est épargnée. Les présidents des régions ne dorment même pas dans leur capitale, ils y retournent les weekends. 

En fonction des spécificités naturelles que comportent ces régions, on peut y créer des pôles économiques et d’activité touristique, mais non, ils n’ont aucun génie et ont pris en otage le développement harmonieux de tout un pays qui sombre dans la désolation.

Par contre, certaines villes se démarquent par la grâce de certains fils qui y investissent telle la ville d’Arrah, où on vient d’ouvrir un petit centre commercial qui donne de l’emploi à certains jeunes. Ils sont chez eux, donc ils ne paient pas de loyers. Pour se déplacer, ils n’ont pas besoin de bus, tout est à proximité; c’est de ça que nous voulons inviter le gouvernement à s’inspirer pour décongestionner la ville d’Abidjan qui s’étouffe.

Si le pouvoir veut s’inspirer du modèle de réussite dans les autres pays, il faut qu’il aille jusqu’au bout et d’arrêter le théâtre afin d’éviter d’assommer les gens par des discours pompeux. La politique de la décentralisation est un échec, il faut revoir la copie.
                                                  

 Joël ETTIEN
            Directeur de publication: businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.