Côte d’Ivoire/Décès de Hamed Bakayoko: Attendez, n’effacez si vite ses traces.

N’épongez pas si vite les traces de Hamed Bakayoko, il ne reviendra pas certes il est mort. On annonce déjà que telles maisons seront fermées, des collaborateurs du défunt, commencent à trembler et c’est la panique, mal maitrisée. Certains ont tellement peur qu’ils aient pris sans doute la tangente, pour éviter de se retrouver devant des interrogatoires infinis, Est-ce nécessaire tout ça ?

Disparition de Hamed Bakayoko

Le monde est fait de départs et d’arrivées et chaque camp s’apprête, mais dans le cas d’Hamed Bakayoko, il n’a pas été gommé, révoqué, mais il est décédé et les bruits du couloir, ne sont pas dignes de reconnaissance. Il n’est pas encore mis sous terre et certains caciques de son camp, n’ont pas été vus à l’aéroport lors de l’arrivée de son cercueil et ça nourrit, les commentaires.

Hamed Bakayoko a laissé des traces, certaines seront indélébiles et d’autres passeront comme des courriers à la poste et certaines s’imbiberont dans le buvard, mais ce sont toujours aussi, des traces et la douleur passera, les souvenirs resteront, comme pour dire, ça c’est Hamed qui me l’a offert et voilà en mon sens, la vraie vie.

Attendez un peu, c’est trop récent. Si aujourd’hui, plein de mystères enveloppent son décès, ne donnez pas cette impression que c’est vrai, qu’on lui voulait la peau. Attendez un peu, de toutes les façons, il est mort, jusqu’à ce jour, dans ce cas, personne ne s’est réveillé pour nous dire si Jésus et Mohamed existent pour continuer de croire ou arrêter de croire. Un mort reste un mort et il ne fera pas d’exception.

L’hôtel Sébréco serait le lieu de la cargaison du défunt Hamed, eh Dieu, pour parler de lui, j’utilise le mot défunt, c’est parce qu’il est vraiment mort. Le robuste, ce gaillard, cet athlète de haut niveau, rien de tout cela, ne lui a permis de résister à la mort.

Mais il aura vécu tout de même longtemps, les autres sont morts trop tôt, Roger Fulgence Kassy, DJ Arafat, -33 ans, lui, a franchi la barre pour aller jusqu’à 56 ans.

Adieu au ministre Hamed Bakayoko

N’effacez pas tout de lui, laissez quelques traces pour le souvenir de l’histoire. Peut-être qu’entre eux, il n’était pas le bon élève, mais devant le commun des mortels, il montrait une autre image angélique de lui, le tout mis dans des générosités, on parle déjà bien de lui.

Il ne faut pas régler trop de comptes à un mort, il est mort. Il ne viendra jamais se justifier et pendant que les vivants veulent en finir avec ses traces, lui, il serait sous d’autres cieux et Hamed est devenu, soit un esprit, un revenant, donc invisible. De temps en temps, il pourrait apparaître dans des songes pour ceux qui en ont cette magie.

Ne tirez pas sur ce corbillard, celui qui est dedans, c’est une simple enveloppe, son corps est là mais son âme est partie sans doute au paradis ou à l’enfer. L’être humain, ne doit pas juger son semblable et chaque cas, doit donner à réfléchir, nous sommes tous de passage, personne n’est éternelle.

Alors, attendez d’abord qu’il soit enfoui pour effacer ses traces, mais j’en doute certaines ne seront pas aussi faciles, comme sa Tanoh Yolande, ses enfants qui porteront le nom de leur père et Yoyo, l’illustre nom de Hamed qui lui sera difficile de refaire une nouvelle vie. Ainsi soit-il, merci monsieur le président Ouattara, les soupçons sont lourds, seul lui et sa mort, détiennent la vérité, mais hélas, les morts ne parlent pas, mais attendez un peu.

                                                                Joël ETTIEN

               Directeur de publication : businessactuality.com   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.