Côte d’Ivoire: Les nouvelles dispositions à l’aéroport d’Abidjan sont à revoir.

Il faut revoir les nouvelles dispositions de l’aéroport d’Abidjan-Port-Bouët Félix Houphouët Boigny . Depuis l’avènement du covid-19, des nouvelles dispositions sont prises à l’aéroport d’Abidjan, qui consistent à éloigner les passagers et leurs accompagnateurs du grand hall mais elles ont des conséquences qui vont mettre à mal, les parents qui accompagnent et ceux qui accueillent les arrivés.

De nouvelles dispositions pour l’aéroport d’Abidjan

C’est bien de faire appliquer les consignes barrières contre le Corona virus, du coup le hall de l’aéroport est vide et tout le monde, reste en face du grand parking, comme des spectateurs ou des supporters devant un stade football, qui attendent l’ouverture du stade pour y prendre place, il ne pleut pas, en ce moment, donc on ne sent pas, le danger mais en période de pluie, que ferait tout ce monde ? En plus, aucun écran géant n’est mis à leur disposition dehors pour suivre les mouvements des avions, heures d’arrivée et de départs.

Les policiers commis d’office qui ne veulent point que les non passagers rentrent dans le hall, ne savent pas souvent les heures d’arrivée et de départ des avions. Tout le monde est debout, quand on sait que c’est indisposant et fatigant d’attendre sans aucune information.

Il faut néanmoins saluer la patience de ces milliers d’ivoiriens qui attendent dans le flou, mais jusqu’à quand cela va durer ? Est-ce que les responsables de l’aéroport ne peuvent-ils tenir compte pour construire, des abris provisoires, en respectant les consignes barrières car cette position d’incertitude si c’était eux qui attendaient ou accompagnaient leurs parents ?

La période des pluies n’est pas loin et d’ici là, si on ne trouve pas de remède contre le virus, que feraient ces milliers d’ivoiriens interdits d’accès dans le hall ? Du coup, les commerce d’alimentation qui se trouvent dans l’enceinte de l’aéroport, manquent de clients puisqu’on ne peut plus y manger si ce n’est pas pour emporter er peu sont ceux qui emportent leurs nourritures.

Mais ce qui est préoccupant, c’est de construire en attendant, un abri ou revoir la disposition dans le hall, pour que certains puissent attendre. Ceux qui passent par le salon d’honneur, ne connaissent pas ces difficultés.

                                               Joël ETTIEN

       Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.