Côte d’Ivoire: La vraie école ivoirienne fait sa rentrée.

L’école ivoirienne retrouve ses marques avec son système d’éveil et d’émulations crédibles pour la recherche de l’excellence, de l’innovation, qui fourniront à n’en point douter la création des valeurs.  

L’école ivoirienne et ses nouvelles couleurs

La vraie impression « made in Mariatou Koné » dans l’éducation nationale, s’éclaircit. Désormais, la dictée refait surface dans le programme scolaire et la lecture va reprendre de plus belle.

Depuis plusieurs décennies, en effet, la plupart des ivoiriens ne lisent plus. Surtout les élèves qui prennent le jargon des réseaux sociaux pour en faire un modèle quotidien d’expression et souvent, c’est entre eux que le sens et la compréhension se maitrisent.

Supprimer la dictée dans le programme scolaire était un suicide pour l’avenir de ces milliers d’élèves et étudiants qui en ont pris l’habitude. Ainsi, des victimes seront déversées sur le marché inexistant de l’emploi qui recherche la qualité et l’excellence. Les coupables feront-ils un jour l’objet de poursuite judiciaire pour destruction massive des têtes destinées à la construction du pays et à qui, on a offert autant de facilité et de médiocrité qui serviront qu’à la poubelle ?

 Tout ça, sera derrière les ivoiriens car désormais, ce qui a permis à la formation de qualité et de l’excellence sera de retour en classe. Comment peut-on propulser une nation sans lui fixer des objectifs crédibles scolaires pour actionner ses valeurs ? Il y a plus de 10 ans, en Côte d’Ivoire, dans l’enseignement scolaire, tous les coefficients se valaient. Il n’y avait plus de dictée, ni de rédaction, de commentaire composé. Comment et à partir de quoi pouvait-on juger l’intelligence des élèves quand on les met tous au même niveau ?

On a mis combien de temps pour comprendre et voilà que survient la mère de la renaissance intellectuelle de la nouvelle école: Mariatou Koné. La lecture qui a été longtemps absente pour encourager cette médiocrité revient. C’est à partir de la dictée que la lecture nait dans l’esprit des enfants. N’oublions pas que la connaissance se trouve dans les livres.

Comment un peuple déculturé peut évoluer ? Ainsi, les écrivains auront désormais les passoires pour leur transmission de savoir. Des milliers d’ouvrages dorment dans les librairies sans preneur. A partir du retour de la dictée, matrice de tout savoir, les mairies et des collectivités vont ouvrir des bibliothèques, des salles de cinéma ouvriront leurs portes et la vie va reprendre de plus belle.

Si c’est dans l’esprit des Hommes que naît le savoir, alors c’est dans ce même esprit qu’il faut encourager et stimuler ce savoir.

Comment peut-on admettre que dans des localités, avec la rigueur de Mariatou Koné, il n’y a eu aucun résultat d’admis au CEPE et l’entrée en 6ème ? Cette aberration qui est en train d’être corrigée a besoin de tous les parents d’élèves, des élèves qui ne doivent pas avoir peur de cette rigueur. D’ailleurs, ils n’ont pas le choix que de subir et de se mettre au travail car l’éducation ne doit pas subir les agrégats des politiques.

Enfin, elle ne fait que démarrer et tout le monde doit contribuer à sa réussite car si on soutient mordicus que l’avenir d’un pays c’est sa jeunesse, celui de la Côte d’Ivoire a été motivé par des nuls et c’est l’occasion d’y remédier.

                                                       Joël ETTIEN

                        Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.