Côte d’Ivoire: La période des élections locales arrive, attention aux vendeurs d’illusion.

Il faut que les ivoiriens se mettent dans la tête que rien ne peut compter à leurs yeux que le développement de leurs régions. Les élections locales arrivent et les candidats qui se déterminent, ce sont ceux qui participent à leurs besoins, qu’ils viennent de x ou y, s’ils sont solidaires à leurs causes, qui méritent leurs suffrages. Alors attention aux vendeurs d’illusion.

Le ballet des élections locales

J’entends ici et là dire, oh s’il n’était pas du RHDP, il allait être élu. Il était PDCI RDA, mais le fait d’aller avec les couleurs du RHDP, c’est dommage, etc. Je voudrais apporter ces précisions suivantes :

La naissance du RHDP, n’est pas le fait du président Ouattara qui a été soutenu par le président Bédié, mais par le président Bédié. Ce n’est pas parce que le jour, ils font semblant de ne pas s’entendre, alors qu’ils s’appellent, s’harmonisent que le RHDP doit être proscrit.

La naissance du RHDP, n’est autre chose que l’union de ceux qui se réclamaient fils politiques du président Houphouët Boigny.

Bref, après les présidentielles d’octobre 2020, il faut passer aux élections locales, dont les premières, sont les législatives, auxquelles tous les partis politiques adhèrent, en y participant.

A Arrah par exemple, l’homme providentiel qui, sans attendre ces élections, s’est mis au service de sa région, M. Mathias Ahondjon, a été choisi par le RHDP, dont ils se réclame. Les murmures se font entendre et des propos dénigrants à son endroit. Beaucoup auraient souhaité qu’il soit PDCI RDA parce que le département d’Arrah serait, un bastion de ce parti. Déjà, sans trop réfléchir, certains de ses adversaires, ont commencé à lui lancer des cailloux. Il continue de s’occuper de sa région.

Le même candidat Mathias Ahondjon, sans attendre un aval quelconque, dotait des châteaux d’eau, des forages et reprofilait certaines routes, quand on sait que l’état ne peut pas tout faire, pour faciliter le transport des marchandises et des parents paysans. Le même, Mathias Ahondjon a refait le visage de la commune d’Arrah, au point où, nos parents qui n’ont jamais mis les pieds à Abidjan, voient à des carrefours, des feux tricolores. S’il a jugé utile de s’engager en politique, pourquoi, ne pas le soutenir ?

C’est à vouloir juger tout le temps sans comprendre ou parler pour détruire que cela a mis en retard, certaines régions ivoiriennes. Le cas du candidat d’Arrah, n’est qu’une illustration et beaucoup doivent mettre au centre de leurs choix, les agents du développement. La politique politicienne est révolue et dévolue au président de la république, aidé par des députés qui votent les lois. Des anciens députés, tremblent parce que de jeunes loups arrivent pour leur ravir leur poste dont ils se croyaient dépositaires.

La politique doit se faire autrement, maintenant. Le culte de la personnalité qui a fait l’objet de destruction massive, doit changer pour aller vers une honnêteté pour apporter le développement réel aux parents paysans.

C’est la bataille politique, qu’elle soit bénéfique et non destructive, le peuple ivoirien doit être mis au centre de tout ce combat à la loyale pour son bien-être. S’il se trouve qu’il y a des cadres qui participent au développement de leur région et qui veulent se lancer dans ces élections locales, il appartient à la population de décider et non, venir lui reciter des leçons vieilles de plusieurs années et qui n’ont jamais été productives.

Peuple de Côte d’Ivoire, soit regardant et ne te laisse plus ravir ton destin par des cadres véreux qui vous volent vos suffrages pour s’affranchir. Les choses ont changé, et vous devrez aussi vous adapter.

                                                 Joël ETTIEN

    Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.