Côte d’Ivoire:  Encore des morts?

Le président Laurent Gbagbo est en prison sous le fallacieux prétexte que sous son mandat, il aurait donné l’ordre de tuer plus de 3000 ivoiriens, pour une élection qui reste encore incertaine.

Depuis cette date à ce jour, le pouvoir de M. Ouattara n’arrête pas d’offrir cette affreuse et ignoble recette quotidienne aux ivoiriens: « des morts » et toujours des morts, dont aucune enquête n’a été diligentée pour dire qu’elle va aboutir. Si tel est que, sous le mandat d’un président on tue et on emprisonne, alors logiquement, M. Ouattara, n’a pas le droit d’être en liberté.

Juste après son élection de 2015, sous l’euphorie de sa victoire, il a dit haut et fort, comme un serment qu’il ne se représentera pas en 2020 et le monde entier, l’a enregistré. Tous les ivoiriens, s’étaient levés pour danser, non pas à cause de sa victoire, mais à l’annonce de la bonne nouvelle de son retrait de la vie politique. D’où sort encore soudain, cette envie de continuer à vouloir briguer un troisième mandat? Si tel est le cas, qu’il le dise ouvertement que de laisser le suspens s’emparer de ses militants qui sont prêts à en découdre.

Alassane Dramane Ouattara ne veut plus se représenter en 2020 alors à quoi rime, tout ça? L’appareil Ouattara veut à tout prix affaiblir le PDCI RDA avec certains des cadres de ce parti, en tête, Daniel Kabran Duncan et enfin, assaisonner Soro Guillaume. Le vice-président va vouloir recruter dans le parti pour le fissurer si ce n’est pour le faire disparaître. Déjà, il a avec lui, MM. Ahoussou Jeannot, Adjoumani, Patrick Achy, Ahoua Ndoli et d’autres vont suivre. Ils viennent de refaire leur allégeance à leur mentor de Ouattara qui ne veut plus être candidat. Pourquoi émietter le PDCI RDA de son « grand frère » Konan Bédié?

Comme si cela ne suffisait pas, ce sont les ivoiriens proches de M. Soro qu’il faut tuer ou chasser comme, il a fait faire à tous les ivoiriens après la chute orchestrée par lui et ses partenaires du président Laurent Gbagbo, pour vider la Côte d’Ivoire et la repeupler. La vigilance des ivoiriens restés sur leur sol, dans leur combat au quotidien, ne leur a pas permis d’aboutir à cet ignoble destin.

Combien sont-ils ces ivoiriens tués à l’école de la police dans la nuit du 19 juillet 2017 et quelles sont les raisons de leur sacrifice? Peut-on au moins, exiger que les députés ivoiriens se penchent cette fois-ci pour commanditer une commission d’enquête?

Certaines rumeurs font état d’une planification pour éliminer tous les corps habillés se réclamant de M. Soro Guillaume. Était-il nécessaire? Le même Soro à qui, ils veulent confier le poste de vice-président de leur parti, pendant leur congrès du RDR, que s’est-il passé pour que tout d’un coup, on ourdit un tel assassinat pour l’avertir?

Est-ce à dire, que tous les cadres du PDCI RDA qui oseraient dire non à la candidature de M. Ouattara passeront aussi à la casserole par des assassinats ciblés? Est-ce aussi, des signes pour sonner le glas de toutes ces agitations sur la volonté de Ouattara à vouloir un troisième mandat?

Le PDCI RDA ne doit plus frémir devant de telles bassesses pour freiner son élan de la reconquête de son pouvoir qu’il a perdu depuis 1999. A la guerre comme à la guerre, des jeunes, et Dieu seul sait combien ils sont nombreux, issus du PDCI RDA, qui ont simplement besoin de l’onction de la direction, pour qu’ils aillent investir le terrain car,  ce n’est pas à deux semaines des élections que cet ordre viendrait. Qui ne sait pas que M. Ouattara est un tueur à gage? Qui ne sait pas qu’il a foutu le pays dans une situation chaotique le faisant reculer de plus de 50 ans en arrière, pour un banquier?

Pour cette fois-ci, il va y avoir du monde à Abidjan pour les jeux de la francophonie, de grâce, qu’on ne dise pas aux ivoiriens, que leur vie est menacée et leur priver de ce spectacle. Les raisons de cette chasse aux corps habillés répondent à quels objectifs?. J’en appelle ainsi, à nos élus parlementaires, que trop c’est trop, qu’ils ouvrent grandement leurs yeux sur ces faits tragiques. Ces crimes crapuleux qu’on sert aux ivoiriens sans cesse.

Qui sont les responsables de ces tueries, nous voulons le savoir et pour un troisième mandat, M. Ouattara n’a pas besoin de tant de vies humaines ôtées.

A qui les prochains? La direction du PDCI RDA, est avertie. Elle sait depuis longtemps que le RDR veut l’intimider à lancer un autre appel en sa faveur, mais quand on a eu le plaisir de se retrouver, il faut savoir se quitter. Ce n’est pas partout, il faut brandir la force du mal.

Est-ce que la CPI suit ce qui se passe en Côte d’Ivoire? Qui donne l’ordre de tuer innocemment les pauvres ivoiriens? S’il n’y a aucune réponse à cette question, logiquement, la place de M. Ouattara doit se trouver aussi, à la CPI. Les ivoiriens sont fatigués de ces divisions avec ces nominations ethnico-tribalistes qui ne cessent pas, n’attendons pas demain, quand tous les ivoiriens disparaîtront et que ces organismes de droit de l’homme, viendraient remplir leurs marges de feuilles pour faire des enquêtes post-requiem.

Joël ETTIEN

Président Fondateur de L’Eveil-Solidarité au PDCI RDA (courant)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.