Côte d’Ivoire: Indiscipline juvénile: « les microbes » ou « enfants en conflit avec la loi »

Dans tous les pays du monde y compris les grandes puissances, on assiste à une indiscipline de certains acteurs qui violent la loi, paralysent la quiétude, la stabilité et la sécurité des autres. En Afrique et surtout en Côte d’Ivoire, ce phénomène a pris une tout autre tournure et est désormais sous le contrôle des adolescents surnommés « les microbes » ou « enfants en conflit avec la loi ».

Les enfants en conflit avec la loi, nouveaux maîtres d’Abidjan

Que signifie microbe ? En science, un microbe est un organisme vivant qui ne peut être vu qu’en utilisant un microscope et qui responsable de plusieurs maladies, donc nuisible à la santé. Dans un autre sens figuré, un microbe selon le dictionnaire français, est une personne méprisable, malfaisante, qui répand le mal. C’est à croire que ce sens se rapprocherait plus de cette nouvelle section de jeunes adolescents indisciplinés qui règnent dans les rues de la Capitale économique Abidjan.

Déjà, la science nous dit qu’un microbe serait minuscule et indétectable à l’œil nu; comme pour dire que ces jeunes adolescents qui se livrent à la criminalité sont indétectables à l’œil nu tant par l’innocence de leur visage et compte tenu de leur classe d’âge. Il serait difficile de croire qu’un gamin de 14 ans puisse être un criminel, capable de causer la mort à un autre de sa génération ou à une personne plus âgée, et pourtant, à Abidjan, c’est le cas.

Naissance des enfants en conflit avec la loi

Selon des investigations, on pourrait situer l’avènement des microbes ou encore enfants en conflit avec la loi peu après la crise postélectorale qu’a connue la Côte d’Ivoire en 2010. De cette crise est née une section criminelle à prédominance adolescente qui aujourd’hui pilule aujourd’hui dans les rues d’Abidjan sans crainte et qui cause assez de dégâts tant en matériels qu’en vies humaines.

En effet depuis leur apparition, il ne passe de jour qu’ils commettent des forfaits. Vol de portables, vol d’argent, vol de bijoux et tout autre bien, tuerie… sont les principales activités des nouveaux maîtres d’Abidjan. Ils règnent sans crainte de représailles de la justice, opèrent à visage découvert et parfois en pleine journée au vu et au su de tout le monde.

Equipés de machettes, couteaux, haches et autres armes blanches, ces « enfants en conflit avec la loi » créent la psychose qui trouble la quiétude de toute la population ivoirienne. Difficile de chiffrer le nombre de forfaits commis par cette section, toutefois il convient de notifier qu’à chacune de leur passage, on dénombre des blessés et plus souvent des morts.

Microbes ou encore Enfants en conflits avec la loi

Pour certaines personnes, le thème « microbes » est perçu comme une destruction de l’identité humaine de ces jeunes abonnés de la criminalité, alors elles préfèrent plutôt le thème « enfants en conflit avec la loi ».

Qu’ils soient appelés de telle ou telle manière, cette section qui au départ était caractérisée par des adolescents est désormais infiltrés par des jeunes majeurs. Tel un véritable microbe dans l’organisme humain, le nombre pléthorique des adhérents a considérablement augmenté et continue de croître. Les populations d’Abidjan se sentent de plus en plus en danger. En Juillet 2018, une bagarre meurtrière a été enregistrée entre deux clans rivaux d’enfants en conflit avec la loi. Elle a causé des morts et plusieurs blessés, plongeant les populations dans la peur totale. Personne ne pouvait s’aventurer dans la rue au risque de se faire attaquer.

Recommandations

Il faut impérativement que les parents jouent leur rôle d’éducateurs, de guide et de formateurs, car un enfant mal éduqué ou mal formé est un danger pour tous. Ne pas fermer les yeux sur ce que les enfants font tout en sachant que demain sera mortel pour lui et pour plusieurs autres.

Le thème « enfant en conflit avec la loi » doit pousser la justice et les autorités compétentes à sévir, car lorsqu’on est en conflit avec la loi, on mérite une sanction à la hauteur de l’acte posé. Si justice n’est pas faite, ils se complairont à troubler la quiétude des populations.

Il faut que le gouvernement arrive à pister cette section criminelle et à la démanteler pour enfin ramener la quiétude.

King 3A.N

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.