Côte d’Ivoire: enfin, le clergé ivoirien prend sa part de responsabilité dans le règlement de la paix et la stabilité.

Enfin le clergé ivoirien reconnait les efforts de la politique de paix du président Ouattara et veut l’aider à atteindre sa vision pour une Côte d’Ivoire qui gagne, dans l’union.

Le clergé prend ses responsabilités

C’est lumineux et qui éclaire l’avenir politique ivoirienne. Les catholiques vont marcher pour soutenir la paix en Côte d’Ivoire, c’est un bon signe.

Pendant que les jeunes croient que c’est un début d’une future insurrection, c’est plutôt le contraire qu’ils auront. Depuis quand, l’église se mêle de politique en Côte d’Ivoire ? Vouloir marcher pour la paix, est une grande victoire pour le président Ouattara.

Quand la politique se fait autrement, les esprits doivent se moudre autrement. La puissance du président Ouattara de vouloir faire de la Côte d’Ivoire, un pays émergent en 2020 et dont il a été pris de court par des difficultés, c’est ensemble qu’une autre période sera véritablement dégagée pour aller à cette émergence.

Sinon, en quoi le clergé veut organiser une marche pour célébrer la paix, pendant que certains ivoiriens, pensent le contraire. La victoire certaine du RHDP qui se dessine est à la faveur du président Ouattara qui doit maintenant mettre tout, pour montrer à la face du monde que sa politique de paix et de réconciliation est une réalité.

Les catholiques veulent faire ce que l’opposition est incapable de faire

Si ce n’est pas le sens voulu par le clergé ivoirien et que c’est une autre vision, les catholiques ne sont pas les seuls à avoir des fidèles. En quoi le clergé ivoirien veuille se substituer à l’opposition qui a pour mission, le combat politique ?

 Marcher pour la paix et pour la réconciliation, dans un pays supposé être le contraire, le clergé a tout à son mérite. C’est maintenant que le clergé ivoirien, prend sa part de responsabilité dans le règlement et jouer son rôle d’arbitre. Il n’est jamais trop tard, pour bien faire.

Il faut donc désormais aller dans le sens de l’union avec une opposition compatissante et solidaire de sa propre vision.

Les roues seront bien huilées qui faciliteront la marche. Le clergé ivoirien, sentant le danger venir, veut anticiper pour éviter le carnage, la peur. C’est en cela qu’il faut féliciter sa vision de célébrer la paix et la réconciliation de sorte qu’après les élections, le prochain président aura les coudées franches pour réaliser leurs vœux. Sinon si c’est le contraire, les musulmans aussi feront leur marche, mais l’intitulé de leur marche est simplement une contribution à la paix dont les responsables religieux en sont les garants.

La décision du clergé importante à un moment décisif

L’église catholique vient de prendre une sage décision de prendre ses responsabilités en organisant cette marche qui va s’étendre sur toute l’étendue du territoire ivoirien, pour préparer les esprits des ivoiriens à accepter que les résultats des futures élections. Dans tous les cas, le poste du président de la république, n’est pas un banc, donc l’acte qui sera posé par le clergé ivoirien est simplement béni.

Il appartient aux ivoiriens de s’aimer dans le nom du Christ et se donner la main pour construire la Côte d’Ivoire dans la paix du Christ.

C’est pourquoi, les musulmans aussi, doivent aller dans le même sens pour apaiser les esprits de leurs fidèles pour conduire la Côte d’Ivoire. Quand on a compris que l’importance dans un pays, c’est la paix, c’est tout à fait normal que les guides religieux prennent leur part de responsabilité pour temporiser les ardeurs fumantes de peur, de règlement de compte qui finissent toujours par des conflits.

N’est-ce pas qu’on peut être riche dans la diversité et que c’est ensemble qu’on peut voir l’horizon avec plus de vision et de clarté ?

                                                                                      Joël ETTIEN

              Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.