Côte d’Ivoire: Comment pallier à l’explosion meurtrière des gaz?

Quand est-ce que le pouvoir ivoirien trouverait les moyens pour mettre fin aux différentes explosions de gaz dans les ménages qui font trop de dégâts en vies humaines et de matériels ?

Explosion de gaz à Yopougon

Comment est faite l’installation du gaz chez le président de la république, chez les ministres et les autres, dont l’exploitation de ce gaz ne produit aucun incident ? Pourquoi ne pas associer autant d’experts, d’ingénieurs et spécialistes des ivoiriens en la matière pour que tous les jours, leurs compatriotes meurent par mesure d’imprudence liée à l’utilisation de ce gaz ?

Voilà un pays où on ne tire jamais les leçons des dangers et qu’on laisse faire. Le ministre de l’énergie, des mines, ne peut-il pas provoquer des assises sur ces dangers quotidiens pour résorber cette situation dramatique. Les ingénieurs, experts en énergie courent les rues, comme ils ne sont pas associés à la réflexion de ces risques, ils vaquent à leurs occupations et pourtant, ils sont là.

Dans la journée d’hier mercredi 12 mai 21, pendant que les musulmans priaient dans les mosquées, un incendie provoqué par une explosion de gaz de ménage, s’est produit à Yopougon et qui a fait des ravages des commerces, des domiciles. Quand on sait que les commerçants et les résidents ne souscrivent jamais à des assurances, tous ces dégâts partis en fumée, qui aiderait ces victimes ?

A Abidjan où de telles tragédies sont récurrentes, on n’a jamais entendu que le pouvoir s’en ai soucié pour organiser, des états généraux ou des tables rondes de réflexion pour revoir les conditions de l’utilisation de ces gaz. Si les bouteilles sont la source de ces dangers, mais alors, il faut procéder à l’installation du gaz de ville, qui stopperait ces accidents meurtriers.

Non seulement, il reviendrait moins cher aux consommateurs et il y aurait moins de morts et d’incendies meurtriers. Les hommes formés sont là, il suffit de leur faire appel, ils se sentiront honorés et se mettraient à la disposition de l’état pour trouver des solutions adéquates à la limitation des risques.

Une autre stratégie serait souhaitable

Le gaz de ville distribué aux ménages, leur reviendrait moins cher, comme les abonnements d’eau et d’électricité.

Si on veut véritablement remonter dans le temps, les pertes dues à ces incendies peuvent atteindre des milliards de francs, sans compter les pertes en vies humaines, alors que ces milliards peuvent servir à la réflexion et à l’installation de nouvelles technologies pour éviter à ces bouteilles, d’exploser tout le temps.

Comment la Côte d’Ivoire peut se développer si ces cadres formés dans tous les domaines, ne se sentent pas concernés dans les recherches des solutions aux différents facteurs qui touchent à la vie de leur pays et qu’on soit toujours tenté de faire des appels aux étrangers, qui reviennent onéreux pour le contribuable ivoirien ?

Le gaz de ville, serait la solution en attendant que d’autres sources d’espoir naissent par la confrontation des ingénieurs et experts ivoiriens que l’état devrait associer et solliciter leurs génies et talents pour éviter ces dégâts et ces pertes en vies humaines à cause de l’exploitation de gaz.

                                                                   Joël ETTIEN

                       Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.