Côte d’Ivoire: Il faut inciter les ivoiriens à investir dans leur pays.

Les ivoiriens doivent s’investir dans la relance générale de leur pays. Après les crises qui ont secoué leur pays et qui ont failli apporter ce désamour, le calme revient et chacun doit dans sa compétence apporter son expertise pour cette relance.

On ne cessera jamais de le dire, un pays ne peut pas compter sur des investisseurs étrangers pour se développer; il faut l’implication des nationaux et en l’état, les ivoiriens sont loin du compte. Et pourtant il le faut.

C’est pourquoi on revient toujours sur l’éveil des députés qui doivent s’impliquer à partir des lois à respecter.

Ces crises ont fait fuir beaucoup de cerveaux et de bras valides, maintenant que les pendules sont en train de se mettre à l’heure, il faut que la communication du pouvoir oriente ses phares vers ce secteur pour inciter les ivoiriens à revenir dans leur pays.

Le hic, en Côte d’Ivoire on compte des centaines de banques qui arborent les rues. Il n’y a pas de raison qu’elles ne veuillent pas accompagner ces ivoiriens désireux et sans moyens. Durant notre enquête, certains banquiers nous ont laissé entendre que les ivoiriens sont des mauvais payeurs. Ils aiment emprunter mais n’aiment pas rembourser, c’est pour cela que les banques hésitent ou imposent plus de contraintes à les accompagner dans leurs projets.

Nous sommes des boîtes à idées mais sans grands moyens. Nous assistons à la mort lente de certains ivoiriens quand la fonction publique seule ne suffit pas à embaucher tout ce monde. Comment faire ? Les gestes de générosité du ministère de l’emploi, en distribuant de l’argent aux jeunes, doivent aller plus loin en demandant aux banques de jouer pleinement leur rôle que d’amasser et « sans rien laisser aux ivoiriens ». Elles portent toutes des noms de banque, mais le concret, ce sont pour la plupart de banques de dépôt.

L’année dernière, la société générale de banque, une filière française, a engrangé plus de 600 milliards de bénéfices que la France a empochés sans rien laisser aux ivoiriens. Jusqu’à quand cela va continuer pendant que la misère frappe tous les jours aux portes des ivoiriens ?

Comme celui qui ne joue pas au loto ne gagne pas ce loto, il faut encourager les ivoiriens à prendre ces risques. Il faut que le pouvoir se penche véritablement sur ces cas des ivoiriens qui viennent partager les risques pour le développement. De plus, il faut que la France arrête de donner cette impression d’assister ce pays à travers des organismes financiers qui ne sont que des leurs.

On voit partout des enseignes commerciales françaises, en quoi celles-ci apportent le développement ? Un pays ne se développe qu’à partir des transferts de technologies pour la transformation de ses matières premières et en l’état, la Côte d’Ivoire en possède énormément.

C’est pourquoi, nous voulons que le gouvernement impulse cette volonté capitale pour que les ivoiriens réapprennent à aimer leur pays. Des experts sont pleins dans les bureaux qui peuvent faire des propositions concrètes pour aider aux banques d’ouvrir les vannes à ceux qui ont des projets et qui cherchent de l’argent sans succès.

                                               Joël ETTIEN

       Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.