Côte d’Ivoire: Il faut une paix durable à des slogans politiques.

Allons à la paix, ne doit pas être un slogan de crise postélectorale, mais le concrétiser dans les faits et les actes, ce n’est pas à l’actif de personne et personne ne doit s’octroyer de lauriers, au nom de la paix définitive. La paix est une affaire de tout le monde.

Impérativement la paix

Ce matin, nous lisons que le président Ouattara a accepté de délivrer le passeport diplomatique au président Gbagbo. Merci, pour cette marque de retour de la paix, dans ce pays qui n’en avait fait sa deuxième religion. Faut-il applaudir, sauter aux pieds du président Ouattara ? Comme un chasseur qui sait chasser, c’est quand le repas est prêt quand le dégustant, on le salue. Mais, les efforts du chasseur en brousse, c’est lui seul qui en connaît le poids et la charge.

Le président Ouattara sait très bien qu’il rentre dans une phase de turbulence terrible pour ce mandant-ci. Il a donc besoin de poser des actes très forts et accepter de délivrer le passeport diplomatique au président Gbagbo, c’est un droit, c’est parce que nous avons traversé des périodes difficiles dues à la politique et ce sont les mêmes qui doivent en tirer les conclusions, les réparer et harmoniser avant de quitter la vie politique.

Je salue tout de même, l’acte et je demande la poursuite de ces actes apaisants, réconfortants et fédérateurs. C’est l’actif de tout le monde.

C’est pourquoi, je demande qu’on arrête d’enflammer la situation par des propos effrayants alors que dans le fond, rien n’est méchant et qu’il faut que ces tueries cessent. Il faut que les actes barbares cessent. Il faut que ces vandalismes soient relégués au passé et que les ivoiriens réapprennent à vivre ensemble.

Le mur de méfiance doit tomber, si déjà, on a réussi à briser le mur de glace. Ceux qui possèdent, les potions magiques qui empoisonnent les autres, ils y gagnent quoi, quand les victimes tombent et meurent ?

Apprenons à nous aimer, quand l’heure de chacun arrivera, il partira. On a tout fait pour donner la mort à beaucoup, il y en a qui sont tombés sous le poids de la misère, de ces poisons, d’autres affaiblis par des pressions. Les vivants sont comme des racines, qui pousseront. Il n’y a rien dans jalousie.

Le président Gbagbo va rentrer bientôt et son retour, va repositionner la vie politique, ce secteur qui détruit plus que de construire. Le pays sera pacifié et chacun aura sa portion de vie.

A vouloir trop courir, on s’essouffle vite et à vouloir trop d’envie, on finit par passer à côté de la plaque. Il est grand temps, que des discussions franches se tiennent afin d’éclairer les lanternes. Si la remise du passeport du président Gbagbo peut désamorcer les tensions vives et trop virulentes, c’est tant mieux.

Au président Ouattara, quand on aime, on entretient et on fait tout pour que cet amour soit un fruit qui donnera de la longévité, Il faut qu’il écoute, personne n’a le monopole de la violence et de violence en violence, on ne laissera que des ruines.

Le feu sert à nourrir, quand on joue avec lui, il détruit. L’amour a plus de valeur que toutes les fortunes matérielles dont n’emporte pas au paradis ou à l’enfer.

                                                     Joël ETTIEN

      Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.