Côte d’Ivoire: Les imams exigent le retour à la paix et à la réconciliation nationale au président Ouattara.

La fin du jeûne du Ramadan en Côte d’Ivoire a occasionné dans les prêches des Imams, des messages trop forts que si ceux-ci ne font pas leurs effets, c’est qu’entre l’exécutif et sa base il y a un véritable problème. Aucun imam n’est pas passé par le revers, tous ont convolé vers le retour de la paix et la réconciliation effectif.

Les imams ivoiriens appellent à la réconciliation

A La Riviera, par exemple où le chef de l’état a prié, l’imam Bachirou Ouattara n’est pas passé silencieux devant la compréhension et l’entendement du président de la république. L’imam a salué la situation de paix qui règne dans le pays grâce au retour des exilés et à la liberté provisoire accordée à certaines personnes de la crise du 31 octobre 2020. Il a sans doute oublié ceux des la crise postélectorale de 2011.

Le président Ouattara a répondu qu’il souhaiterait que ses paroles apaisantes soient destinées à toute la Côte d’Ivoire. Est-ce que les ivoiriens ont-ils le choix ? Ils subissent les décisions que prend le président de la république.

Si les imams ont reconnu qu’il y a un retour progressif de la paix et qu’il faut qu’il fasse libérer les autres prisonniers, c’est qu’ils sont encore nombreux qui croupissent dans les geôles ivoiriennes. En plus de tous ces constats et sollicitudes à l’endroit du président Ouattara, il faut aussi souligner l’autorisation accordée à certains groupes qui s’octroient l’interdiction du retour tant attendu du président Gbagbo et de Blé Goudé, et interdire ces mêmes marches et settings à ceux qui sont favorables à leur retour.

Ça fait trop de désordres dans le pays qu’il faut juguler pour tout harmoniser. C’est vrai que si le président Ouattara a accepté le contenu direct de l’imam Bachirou Ouattara, c’est qu’il y a une notable avancée de la décrispation sociale, mais il faut aller plus loin, en procédant à la libération totale de tous les prisonniers militaires et politiques qui en ont pris de la graine et beaucoup de leçons.

Les imams sonnent le glas

L’occasion était bien définie pour prendre tous les ivoiriens à témoin, de ce que les musulmans ne partagent pas les tortures, emprisonnements et privation des libertés en Côte d’Ivoire. Le seul responsable en la matière, c’est lui, le président Ouattara qui doit renverser le vin de son verre et le remplacer par l’eau.

Les ivoiriens sont fatigués de cette situation de ni paix ni guerre à laquelle, ils s’y sont contraints et seules la compréhension et l’assurance du président de la république peut débloquer tout et permettre aux ivoiriens de vivre en paix.

Qui peut nous apporter des éléments de réponses en nous fournissant des preuves justificatives de ce qui opposerait les ivoiriens ? Ce sont les politiques qui, pour régner créent la division qui a longtemps provoqué des guerres et dont ils ne sont pas capables de se mettre à table. Entre les ivoiriens, il n’y a pas de problèmes. La preuve, les non musulmans ont partagé la grande prière de la fin de leur carême et mangé chez eux. Mais alors où se trouve le problème pour que pour si peu, ces politiques les invitent à prendre les armes de toutes sortes pour s’entretuer.

Nous osons espérer qu’à partir de ce message fort de l’imam Bachirou Ouattara qui a été repris sur l’ensemble du territoire national, le président Ouattara ferait montre d’amour réel et procéder au retour de la paix et de la réconciliation.

Ceux qui partagent le quotidien de la base ont fait monter la souffrance de leurs fidèles et de tous les ivoiriens à la surface, maintenant il appartient au président Ouattara de leur répondre avec foi et amour.

                                                                Joël ETTIEN

           Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.