Côte d’Ivoire: Joël Ettien adresse un message capital aux ivoiriens

Cela fait plus de 20 ans que nous avons cru aux hommes politiques de notre pays, dans le souci d’améliorer notre vie et notre bien-être.

Cela fait plus de 20 ans que sur le parcours sans issue, nous avons perdu des êtres chers, des parents, amis, sans compter les victimes de ces atrocités, orphelins, veufs et veuves, handicapés à vie, pour ne citer que ceux là. Nos espoirs ne sont pas prêts d’opérer raison et miracle parce que les mêmes sont encore là et qui affichent complicité pour nuire à notre avenir. Nous avons des fils et filles de notre pays, dans des prisons, sans aucun jugement pour certains et des jugements arbitraires et farfelus pour d’autres; plusieurs sont encore en exile, des biens expropriés, des avoirs gelés et dont on en parle jamais et cela n’est pas un facteur de rapprochement.

On a cru à un moment, avec M. Charles Konan Banny dans le CDRV à une prise de conscience politique pour nous réconcilier, mais hélas! Les mêmes hommes politiques sont là et on fait avec sans succès. L’avenir de plusieurs générations se trouve ainsi compromis et nous sommes toujours et inexorablement tenus en lest par les mêmes. Comme des moustiques, ils cohabitent avec nous, sucent notre sang avec le corollaire du paludisme. Nous avons cru que si c’est les mêmes, les choses changeraient. Et voilà que nous avons besoin d’entendre et de voir de nouveaux, capables de nous aimer pour nous proposer dans l’amour, mieux, mais là encore, les mêmes ont tout barricadé et notre sort ne semble plus tenir et nous grelottons de froid dans la chaleur, avec ses 37° à l’ombre.

Ils n’ont plus rien de nouveau à nous proposer pour nous sortir de toutes ces misères et on les regarde. Nous sommes une nation de plus de 16 000 000 d’âmes, je signale. Nous sommes bloqués. Alors, ivoiriennes et ivoiriens du nord, du sud, du centre, de l’ouest de l’est, commençons par désarmer nos cœurs, nos plumes, nos micros. Réapprenons à vivre ensemble et réaimons-nous. Je sais que moi-même, dans mes écrits, propos, j’ai offensé, je demande PARDON. Oui, le pardon est divin, donc sacré, ne le minimisons pas. On ne peut rien construire dans la haine, la vengeance, la rancœur. C’est douloureux, c’est vrai, mais on fait comment, depuis 20 ans, ça dure?

Arrêtons de nous lapider, nous jeter les fautes lourdes, de nous juger et nos yeux sont larmoyants de tristesse et on n’avance pas. Je voudrais à l’occasion de nos 57 ans d’indépendance, nous exhorter à saisir la vie du bon côté et ceux qui sont là, ne sont pas prêts pour notre bien-être. 2020 n’est pas encore arrivé, voilà des bruits de bottes, des assassinats, à Bouaké, on égorge des êtres humains comme des animaux, en pleine rue et en plein soleil. Les esprits se chauffent dans les états majors et des règlements de compte s’opèrent sous nos yeux et que serons-nous à l’orée de 2020? Que nous arrivera-t-il?

Une élection sujette à plein d’ambiguïtés, de compromissions, si d’ores et déjà, on n’aborde pas ces sujets, la Côte d’Ivoire ma foi, je la vois en pire et que Dieu, nous en éloigne.

– La refonte de la CEI

-Le découpage électoral

-La mise à jour du listing électoral,

– Le désarmement des milices et autres microbes

– La libération de tous les prisonniers

-Le retour de tous les exilés

– Le dégèle des avoirs

Voilà, autant de sujets que nous devons aborder pour éviter que le pire ne sombre notre avenir, car, les candidats sérieux, compétiront et si ces questions ne sont pas traitées, les résultats seront contestés et on ne sait jamais.

Donnons-nous ces énergies fédératrices pour les aborder pour qu’en l’an 2020, chacun parte voter librement le candidat de son choix, pour faire triompher notre jeune démocratie et que nous fermions une bonne fois pour toute, les portes des malheurs grandement ouvertes sur notre avenir.

Ce n’est pas compliqué. Si vouloir c’est pouvoir, alors, encourageons les futurs organisateurs de notre destin pour l’an 2020, à quitter la peur et à nous aimer, en évitant d’autres calamités, nous sommes FATIGUÉS.

 

Joël ETTIEN

Fondateur de l’Eveil-Solidarité (courant)

Directeur de publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.