Afrique-Côte d’Ivoire: KKB reçoit la fédération des étudiants africains.

Le ministre ivoirien de la réconciliation et de la cohésion nationale, Kouadio Konan Bertin (KKB) a reçu les secrétaires estudiantins africains à son cabinet le 3-sept-21. Dans la symbolique de cette rencontre, nous retenons une moralité de rassembleur et de pédagogue.

La CESA au cabinet du ministre KKB

C’est avec joie que les étudiants africains regroupés au sein de la confédération africaine dénommée : « Confédération estudiantine et scolaire d’Afrique (CESA) », ont été reçus par KKB, ministre de la réconciliation et de la cohésion nationale. Certains, venus des pays limitrophes, découvraient ses propos emprunts de pédagogie et de sagesse. Ainsi, la CESA qui regroupe 30 pays africains, se veut un vivier de futurs cadres dont la gestion de toute l’Afrique incombera.

Le secrétaire élu, Allah St Clair, alias Général Makélélé, a situé le contexte de leur présence dans la salle de conférence du cabinet du ministre en lui traduisant leur gratitude pour sa disponibilité et ses efforts pendant les travaux de leur congrès qui ont sanctionné l’élection de l’ivoirien de la FESCI.

Rappelons que leur organisation regroupe 30 pays africains et ceux qui étaient à ce rendez-vous, on pouvait noter le Benin, le Burkina Faso, le Libéria, le Nigéria, la Guinée-Conakry, le Ghana, qui ont accompagné leur nouveau secrétaire, l’ivoirien Allah St Clair.

L’organisation des étudiants africains est née il y a quelques années et ses membres sont à leur 2ème congrès. Aussi, clarifions que le mandat à la tête de cette organisation est de 2 ans. Les jeunes étudiants ont demandé au ministre de les aider à s’insérer dans le marché d’emploi car, une fois les études terminées, ceux-ci ont du mal à trouver du travail parce que souvent, les portes leur sont fermées et beaucoup d’étudiants qui n’appartiennent pas à des réseaux, peinent à se trouver un emploi malgré leur savoir.

Prenant la parole, le ministre KKB, leur a manifesté sa sensibilité au regard de tout leur combat et s’est proposé de leur ouvrir les portes de son ministère. Pour le ministre, une université, est une usine de formation des cadres pour la nation. Si les autres nations du monde sont devenues des grandes, c’est parce qu’elles ont compris que l’union est une force. C’est pourquoi, il les a invités à œuvrer dans le futur à unir toute l’Afrique, dira le ministre. Le ministre KKB est allé encore plus loin en leur demandant d’étendre la connaissance pour que les entreprises les réclament pour former le marché commun africain.

« Pour sortir du sous-développement, on a besoin de têtes pleines et bien faites qui fournissent des compétences. Ainsi, je vous exhorte à devenir des cadres capables de relever les défis que nos aînés n’ont pas eu le temps de faire », a conclu le ministre.

                                                            Envoyé spécial

                                                             Joël ETTIEN  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.