Côte d’Ivoire: la convention du PDCI en juin, n’est-elle pas risquée?

Les candidatures à la convention du PDCI RDA, vont éclater le parti.

La convention du PDCI se prépare

Le PDCI RDA veut organiser sa convention en juin 2020 pour désigner son candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2020, voici un virage à haut risque pour ce parti légendaire.

Quand la plupart des cadres de ce parti sont dans un instinct de survie et de sauvegarde de ses acquis, la convention du PDCI RDA va créer les conditions de l’explosion de ce parti.

D’abord à commencer par les candidats dont certains sont traqués, d’autres en exile qui ne sentent pas la solidarité du parti et enfin, pour ceux qui sont en prison par la faute de leur bonne foi militante, qui va partir pour laisser qui sur la route ? En plus, le logo du parti est toujours détenu par le rhdp qui ne veut pas le rendre à la direction et qui fait officie de se taire, il y aura plusieurs pdci rda. Ceux qui sont partis au rhdp qui préfèrent garder le logo en cas de cas et ceux qui pensent être les dépositaires, les vrais enfants du fondateur, leurs palabres vont commencer.

La justice ivoirienne et celle de la cour africaine des droits de l’homme et du peuple, qui n’ont pas voulu donner une suite favorable à la requête de la direction du pdci dont le président Bédié, sait bien qu’il est limité et nostalgique du logo, le camp rhdp les tiendra responsables de futurs troubles occasionnés par leurs soins.

Le PDCI peut-il reconquérir le pouvoir?

Est-ce que le président Bédié se verrait heureux de voir devant sa porte des forces de l’ordre venir pour le mettre aux arrêts ? Le pdci n’est pas dans une logique de lutte ou de force. Ils le disent eux-mêmes qu’ils sont un parti de paix et de dialogue, donc ils ne sont pas dans une logique de lutte pour le pouvoir et pourtant, c’est le moment de montrer sa capacité. C’est depuis que le pouvoir du président Bédié a été renversé que la Côte d’Ivoire ne s’est plus remise à nos jours.

Pour la reconquête d’un pouvoir qu’on a perdu, l’attitude de ce parti étonne plus d’un. Pourtant, les militants retroussent toujours leurs manches, quand il s’agit d’aller au front, quand ils sont temporisés par des mots d’ordre d’observance par la direction et le temps approche.

Le PDCI veut maintenant aller à ces élections dont il a décrié la composition de la commission électorale indépendante, la CEI, qu’est-ce qui a changé entre-temps qui conforte ce parti à y aller ? En plus de l’hésitation ou du mauvais choix des partenaires, le président Gbagbo, les a dribblés pour mettre de l’ordre dans son parti, en s’alignant avec Affi, qui est entrain de battre ses troupes et on le sent dans ses discours.

Que devient la plateforme de Bédié?

La plateforme du président du président Bédié qui croyait s’appuyer sur l’onction du président Gbagbo pour que les militants du fpi, battent le pavé pour lui, ce rêve vient d’être brisé et le président Bédié veut détacher madame Gbagbo dans l’espoir de fragiliser le camp Affi.

Mais ce qu’ils oublient, c’est que d’une manière ou d’une autre, si Affi n’a pas le choix parce que le PDCI ne va plus le soutenir, il faut le souligner, Affi est représenté à la direction de la CEI et il aura des représentants locaux aux élections, pendant que le PDCI et ses alliés ont brillé par leur absence et n’auront personne dans les bureaux de vote.

Convention du PDCI: quels risques?

A la guerre comme à la guerre, sur le terrain, les lignes vont bouger. Revenons aux conséquences fâcheuses de la convention du PDCI en juin prochain, c’est des risques. Certains ont commencé déjà à soutenir la candidature du président Bédié. Le faisant, ils éloignent les cadres actifs à jour de leur cotisation. Et si parmi ceux-là, certains se désolidarisent pour aller en indépendants à cause de l’ombrage du président Bédié, ils fragiliseront l’électorat déjà sensiblement fragilisé de ce parti et c’est le camp adverse qui se rapprochera de ceux-ci pour faire des arrangements.

Les frustrés courageux partiront de ce parti, même s’ils ne peuvent plus créer leur parti, ils auront la nette vision de mettre leurs avoirs et acquis en lieu sûr, parce que le futur après ces élections, sera encore très dramatique qu’on le pense.

Si le président Bédié au dernier moment, se rétracte, il va assurément cautionner un candidat, est-ce que les autres vont suivre ? Pourquoi, pour un parti qui a perdu le pouvoir depuis 1999, attend le mois de juin pour organiser sa convention pour désigner son candidat ? Il aura seulement que 4 mois pour faire sa campagne. Est-ce que ces 4 Mois seront suffisants pour prendre ces risques ?

Convention du PDCI: Faut-il encore s’attendre à autre appel à la faveur d’un autre candidat ?

Tout porte à le croire car, pour faire une bonne campagne, ce n’est pas moins de 30 milliards de frs cfa et pouvoir parcourir toute l’étendue du territoire national. Si c’est le président Bédié, aura-t-il assez de force pour un tel challenge ? Le pdci disposerait-il des moyens financiers pour mener une bonne campagne quand on sait que les résultats sont acquis à la faveur du pouvoir e certains cadres, ont leurs avoirs confisqués ?

Enfin, le moment n’est pas encore arrivé, mais quand on voit que devant, le chemin semble parsemé d’embûches, soit, on n’y va pas ou il faut s’attendre au pire.

                                                                                Joël ETTIEN   

                          Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.