Côte d’Ivoire: La lenteur et la lourdeur du fonctionnement du CHU de Cocody, favorisent trop de victimes.

Le coût exorbitant des médicaments, des examens sanitaires et la lenteur dans l’administration des centres de santé, augmentent le nombre de décès dans ces centres-là. Voilà une journée passée au CHU de Cocody, le parcours qui peut susciter de la révolte.

La lenteur du service dans le CHU de Cocody favorise des pertes en vies humaines

Le mercredi 13 janvier 2021, nous entamons une autre corvée dans le CHU de Cocody. Tous les spécialistes prescrivent chacun une ordonnance et ça n’a jamais été en dessous de 5000 frs. Notre malade a reçu la visite des soignants qui ont prescrit chacun, une ordonnance, plusieurs médicaments à acheter. On descend des étages pour nous rendre à la pharmacie de ce CHU, on a l’impression qu’on vous fixe le prix des médicaments à la tête des clients, puisque sur les boîtes, aucun prix n’est mentionné.

Une fois, le prix indiqué sur l’ordonnance, il faut passer à la caisse. Une fois, devant cette caisse, d’ignobles et insensibles femmes sont assises, qui vous disent carrément qu’il n’y a pas de monnaie, pendant que le malade souffre, on va vous faire poiroter de plusieurs heures. Très souvent, ce n’est pas tous les médicaments qui s’y trouvent, en ce moment, il faut sortir, marcher à quelques kilomètres pour trouver une pharmacie pour compléter si elles en disposent.

Si vous faites le contraire d’aller à l’extérieur pour tenter de vous procurer des médicaments et qu’une pharmacie y met ses prix, celle du CHU refuse de vous servir.

Revenons sur les cas des frais pour les examens. Dans ce grand CHU, il n’y a que deux fenêtres pour les caisses de paiement. Les rangs peuvent parfois dépasser le hall et ils prennent tout leur temps, ça, c’est quand vous avez entre vos mains, les ordonnances. Il faut qu’elles passent d’abord, chez une caisse qui fixe les prix et valide le paiement et vous devrez aussi faire la queue devant une seule caisse pour le règlement. Ça peut paraître pour ceux qui n’en ont pas été victimes, aléatoire, mais il faut y mettre les pieds pour vivre la souffrance et la galère des parents des patients.

Quand vous avez passé plus de deux heures, parfois plus pour tout régler, les appareils aussi viennent de tomber en panne, il faut attendre. Aujourd’hui, le CHU de Cocody, n’existe que de nom, il a perdu tout son prestige. Il est vétuste, tombé dans un délabrement très avancé et cela ne dit rien au ministère de la santé. Dans un grand centre hospitalier comme le CHU de Cocody, il n’existe pas de scanner, pour des examens du cœur et autres pathologies.

Pourquoi, ne pas le fermer pour éviter des contagions. L’état du centre sanitaire de Cocody ne mérite plus qu’on y emmène des malades, puisque certains ne s’en sortent jamais, pas que les soignants ne sont pas à la hauteur, mais le CHU est atteint de la plus grave pathologie qu’aucun médecin ne peut soigner.

Comment, avec autant d’argent qu’ils soutirent aux patients, mêmes les gants, sont fournis par eux. Je crois savoir que, quand un malade est hospitalisé, c’est l’hôpital qui le prend en charge ! Mais au CHU de Cocody, c’est le contraire. Ce sont les parents des patients qui envoient à manger à leurs parents hospitalisés, les salles de toilettes inexistantes. Si les professeurs sont discrets, les médecins et infirmiers, ne le sont pas, qui échangent avec les patients et leurs parents dans une désinvolture à sanctionner sévèrement.

Il faut revoir tout le fonctionnement du CHU de Cocody ou simplement le fermer pour son entretien qui coûterait plus cher qu’un nouveau. Voilà, une journée d’un parent de patient avec ses ordonnances à la main transpirant dans cette forte chaleur. Malheureusement, les centres de santé propres et dignes de ce nom, ne sont pas à la portée de toutes les bourses et la mort attend les ivoiriens, dans leurs centres de santé qui sont devenus tous des mouroirs.

                                                           Joël ETTIEN   

         Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.