Côte d’Ivoire: Le décès de Hambak va faire oublier les résultats du scrutin législatif.

Ils ont bien fait d’attendre après les élections législatives pour annoncer le décès de Hambak. Maintenant que c’est fait, les ivoiriens ne parlent plus des effets de cette élection et les plus meurtris ne seront pas soutenus et les tricheurs gagneront.

Tous dans la compassion après le décès de Hambak

Qu’est-ce que les candidats et dans les circonscriptions électorales, n’ont pas bavé, se croyant soutenus par le peuple. Le décès de Hambak est passée faire taire et éloigner des préoccupations des ivoiriens, les désidératas de cette élection. L’atmosphère qui est si tendue et délétère, est tombée dans la compassion du décès de Hambak, le mystérieux. Les ivoiriens sont revenus dans leur salon pour jaser comme s’ils étaient capables d’une certaine vengeance. Ce sont les épouses et les enfants qui subiront les courroux de leur époux qui prennent leur salon pour en faire des champs de compétition politique, des lieux de meeting une fois dehors, on les voit amaigris qui se promènent avec des serviettes vides de dossiers.

Qui sont ces candidats à qui le système leur a volés la victoire ? C’est du passé et ces résultats étriqués seront adjugés par les deux organismes qui régissent les élections en Côte d’Ivoire. La puissance qui réside dans le décès de Hambak, excusez-moi, je l’appelle comme s’il savait mon estime, mais il est mort et avec lui, les élections législatives.

Les médias ne font que parler, rendre des hommages, dans leurs différentes colonnes, des encarts sont réservés aux prouesses de Hambak et personne ne parle du scrutin. Voilà que les fauteurs et les victimes auront leurs yeux pour pleurer. Pourtant, le défunt a été élu dans sa circonscription à Séguéla. Il était en pleine lutte contre la mort et son absence a été élue député de sa région. Il faut l’oser.

Aucun adversaire à Séguéla ne s’est plaint et beaucoup dans certaines circonscriptions crient voleurs, mais la mort de Hambak a balayé les résultats des urnes et les ivoiriens vont passer l’éponge. Les plus malheureux qui pensaient pouvoir remuer ciel et terre pour que la commission électorale indépendante leur restitue leur droit, le mur de la glace s’est cimenté et je ne pense pas, que cette CEI rendrait justice.

La force qui réside dans ce décès qui va occuper l’actualité jusqu’aux dernières heures de son inhumation, rien d‘autre intéresserait les ivoiriens.

Dans cette confusion, les résultats seront confirmés et les ivoiriens, mal ou bien élus, attendront les 5 années à venir pour rempiler s’ils ont encore ce courage de la poursuite de cette aventure périlleuse.

Ce que nous retenons, c’est le silence qui meuble ce scrutin par les responsables des partis politiques qui font passer sous le silence, ce challenge. En leur corps défendant, des millions auront été interjetés dans cette campagne et beaucoup vont perdre toute leur vie, puisqu’ils ont emprunté de l’argent en hypothéquant tous leurs biens se sentant dans l’assurance de les remporter. Dans les mois à venir, beaucoup de cadres vont perdre tout et d’autres morts suivront. Eh, Côte d’Ivoire, la mort y est devenue tellement banale, parce qu’on ne cherche pas les causes.

Les responsables des partis politiques vont montrer encore leurs limites, dans ce combat qui pouvait leur donner raison, mais ils vont se taire. Qui sont les candidats qui ont été spoliés de leur victoire ? Montrez-vous !

                                               Joël ETTIEN

       Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.