Côte d’Ivoire : Si maintenant, le FPI veut aller aux élections locales de 2021, où est le problème ?

Depuis que M. Assoa Adou a laissé entendre que le président Gbagbo a donné l’ordre à son parti le FPI de participer aux élections locales, c’est le raz de marrée sur la toile. Heureusement que tous ceux qui tiennent cette rigueur à l’envoyé et porte-parole du président Gbagbo, sont hors du pays et ne se rendent pas compte de l’évolution politique.

Le FPI aux élections locales

Quand, M. Aboudramane Sangaré était vivant et qui conduisait le mouvement, les GOR, (Gbagbo ou rien) il avait dit non à toutes les étapes de la vie sociopolitique du pays. Ce qui a été le point de discorde entre lui et Affi N’guessan. Le défunt, n’avait jamais voulu participer à aucune élection tant que les conditions revendiquées, n’étaient pas obtenues. Quant à M. Affi N’guessan, il ne trouvait pas conséquent, que son parti fasse table rase de toutes ces occasions importantes du pays et il avait accepté, contre vents et marées, de se jeter à l’eau.

Que n’avons-nous pas entendu ? Mais chemin faisant, le constat est clair. Comment et sur quoi, le président Gbagbo s’appuierait à son retour, pour mener la lutte, s’il n’a aucun député, aucun maire, aucun président de région et aucun sénat ? Pendant ce temps, les choses évoluent. Dire non à tout et tout le temps, fragilise.

Sur la toile, ceux qui jugent en prenant partie, oublient que le président de la Côte d’Ivoire, jusqu’à preuve du contraire, se nomme M. Alassane Ouattara. En même temps qu’ils ne le reconnaissent pas, en même temps, ils veulent maintenant aller à ces élections locales, mais sous la gouvernance de qui ?

En Côte d’Ivoire, c’est après les élections présidentielles, que viennent les autres scrutins, doit-on alors selon leurs vœux, réorganiser, une nouvelle élection présidentielle pour désigner un nouveau président, mais qui va financer cette élection selon leurs souhaits ?

Que fera le FPI ?

Certains vont jusqu’à proclamer la vacance du pouvoir, d’autres estiment que le président Ouattara a violé la constitution, donc résultat des courses, ils ne le reconnaissent pas. Mais, ils étaient où quand il a été reconnu par la France et la communauté internationale qui tiennent les pays africains en lest ? Pourquoi vouloir faire de la fixation sur le président Ouattara ? Qui, il est s’il n’avait pas autant de soutiens et d’appuis ? Tant que certains ivoiriens, ne feront pas de la France, leurs préoccupations principales que de s’acharner contre le président Ouattara, ils feront toujours de faux diagnostics et le mal persistera.

Aller aux élections locales sous le président Ouattara, oui, mais il faut maintenant encourager le dialogue entre le pouvoir et l’opposition, pour que les organismes qui régissent les élections en Côte d’Ivoire, soient désormais, un peu conformes et consensuels. M. Ouattara est là encore pour 5 ans, il faut s’y faire.

Il n’y a pas de vacances de pouvoir, encore moins d’illégitimité du président Ouattara, le prochain combat qui vaille la peine de mener, c’est dans 5 ans, est-ce que les ivoiriens, accepteront encore ce qu’ils ont vécus ? Tout est entre leurs mains, mais pour l’heure, le président de la république de la Côte d’Ivoire, s’appelle, M. Alassane Ouattara. A prendre ou à laisser. Il faut que les autres se réveillent parce qu’on voit l’individu Ouattara, mais en réalité, c’est une machine déployée et qui conque oserait l’affronter, aura affaires aux puissances internationales et il aura toujours des morts à chaque élection.

Tant qu’on ne mettra pas ces principes, on encouragera toujours des tueries sans regret de la part des commanditaires, qui ne se font aucun souci de l’avenir de l’ivoirien. Il appartient aux ivoiriens de comprendre les enjeux et s’y conformer. La machine est trop lourde. Quand on a mis les Affi N’guessan, Guikahué et autres en prison, qui a bronché et qui fait quoi ?

                                                               Joël ETTIEN      

Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.