Côte d’Ivoire: Le PDCI RDA n’a-t-il pas vendu le combat politique?

Le PDCI RDA est-il arrivé à son terminus, après avoir vendu le combat politique, en allant se jeter dans les bras de celui qu’il a convaincu les autres partis de l’opposition, à le combattre ? Ce qui se passe en Côte d’Ivoire, seuls ceux qui ne veulent pas comprendre ou voir, qui douteraient des efforts du président Bédié qui a fini par accepter la main tendue du président Ouattara, pour le sauver selon lui et pendant ce temps, bon nombre de ses cadres et certains leaders politiques de l’opposition sont en détention.

Le PDCI RDA n’a-t-il pas navigué à vue ?

Quand on n’a pas la culture d’une lutte, on ne s’y engage pas et si, on veut le faire, il ne faut pas berner les autres, à prendre la tête. Le PDCI RDA du président Bédié, qui a laissé croire qu’il était dans la bonne foi et la sincérité, a donné un faux espoir et qui, vers la fin, a rejoint celui qu’il avait brandi comme étant, un antidémocrate, le président Ouattara. Aujourd’hui, il a profité de cette situation pour faire la toilette en son sein.

Comme si cela ne suffisait pas, il a enduit les autres en erreur et beaucoup sont en détention et certains vivent des blocus devant leur résidence. Le complot du chat noir version, Henri Konan Bédié ?

Quel sera le sort de l’opposition ivoirienne ? Elle va prendre encore du temps à se réorganiser, puisqu’avec l’aide et la complicité du PDCI RDA, elle a été décapitée. Mais comment y parvenir ? Voilà la vraie question. Le président Ouattara a été proclamé vainqueur de cette élection tumultueuse et conflictuelle, quelle serait la marge de manœuvre de cette opposition après cette victoire qui l’a écrasée ?

Après sa supercherie, les ivoiriens se posent la question de savoir, sachant bien qu’il regagnerait le président Ouattara, le président Bédié, était-il obligé de lancer plein de mots d’ordre et des directives qui ont vu plein de désastres sur le terrain où on déplore des morts, dont un décapité chez lui à Daoukro ?

Maintenant qu’il est reparti chez lui, le PDCI RDA aurait-il ce courage de faire dédommager, d’assister les familles des victimes occasionnées par sa faute ? Est-ce que le PDCI RDA en acceptant de saisir la main tendue du président Ouattara nouvellement élu, pourra le supplier de regarder dans son rétroviseur pour aller consoler toutes ces familles, qui n’ont plus rien ? S’il a eu le courage en pleine chaleur de lutte, de trahir, il faut qu’il aille jusqu’au bout pour que ces villages rasés, ces biens détruits et ces morts, puissent être reconnus et dédommagés ?

Aussi, pourquoi c’est toujours de manière unilatérale que le président Bédié prend ses décisions pour mettre les autres devant le fait accompli ? Était-il obligé de confondre toute l’opposition pour la pousser dans le ravin ? Pourquoi, n’a-t-il pas pris la décision au sein de son parti politique pour lancer un autre appel comme il avait fait par le passé à Daoukro pour soutenir le président Ouattara, en allant pas à ces élections ?

Faut-il encore faire confiance au PDCI RDA du président Bédié ? Ce parti politique pourra-t-il se remettre de cette haute trahison ? Enfin, on attend la prochaine composition du gouvernement ivoirien pour laquelle, le président Ouattara s’est retiré en France pour le composer ?

Quant à cette opposition, il lui faudra du temps et encore du temps, pour se remettre de cette fâcheuse trahison. Tout porte à croire que la présence du président Gbagbo serait nécessaire pour aider cette opposition à se réorganiser, si et seulement si, il en sentira le besoin. Comme disent les ivoiriens, c’est le premier gaou qui est gaou. Le PDCI RDA est à son terminus et il va lui falloir des braves et courageux cadres pour le remettre de ses cendres. Le président Bédié a fini sa partition.

                                                          Joël ETTIEN

      Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.