Côte d’Ivoire: Les effets pervers d’une constitution trop souple

S’il y a une chose à déplorer en Côte d’Ivoire, c’est l’attitude de Ouattara, qui dans sa quête de mandats illimités réussit à pervertir la constitution Ivoirienne en la rendant beaucoup trop « souple ».

La constitution ivoirienne trop souple

En effet, une Constitution est dite « souple » lorsqu’elle peut être révisée par les mêmes organes (assemblée législative ordinaire) et selon les mêmes procédures servant à l’adoption des lois ordinaires.

Une Constitution est dite « souple » lorsqu’elle peut être révisée par les mêmes organes (assemblée législative ordinaire) et selon les mêmes procédures servant à l’adoption des lois ordinaires.

Adapter la Constitution aux circonstances sans formalisme excessif et sans blocage politique révèle certe son caractère d’œuvre humaine. Mais il ne faut pas ignorer ses effets pervers, car le risque d’aboutir à une instabilité du texte constitutionnel reste réel. En l’espece, depuis novembre 2016, la constitution Ivoirienne peut être modifiée au gré des circonstances et des rapports de force, alors même que sa fonction est de mettre en place un cadre institutionnel permanent et stable. Dans ces conditions, la constitution perd sa portée symbolique, voire même sa suprématie par rapport aux autres textes juridiques. Dommage !

Écœurant de voir un député de la nation parler de la modification constitutionnelle avec tant de banalité ! La récente sortie de Tiemoko Assale sur la prochaine modification constitutionnelle portant << âge de retraite politique >> laisse entrevoir son niveau de connaissance en la matière. Sinon, quand tu as été régulier à la fac de droit, tu te réserves d’aborder la question de retraite politique avec autant de légèreté. Et surtout que cette loi porte atteinte à la liberté individuelle. Ko << nous irons à l’assemblée nationale pour mettre Bedié, ouattara et Gbagbo à la retraite… >> voici un individu qui pense que le mandat de député sert à exprimer ses émotions.

2016 (nouvelle construction), 2020 ( constitution modifiée), 2021 ( constitution modifiée)… Par hypothèse, on modifie la constitution en 2021 pour éliminer les personnes visées. En 2025 le président est élu à l’âge 71 ans. Au cours de son premier mandat avec une majorité parlementaire, il modifie la constitution pour pouvoir faire un second mandat à 76 ans. En réalité, on aurait déplacé le problème au lieu de le résoudre. Il faut épargner la côte d’Ivoire des réflexions tordues.

Il faut préserver la constitution des modifications trop fréquentes. Elle conserve ainsi un statut spécifique et sa primauté par rapport aux autres règles de droit correspondant à son rang de « pacte fondamental » de la Nation. Evitez d’utiliser la loi fondamentale comme arme de règlement de compte politique.

Nationalisme Idéal

Analyste politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.