Côte d’Ivoire: les élections sont risquées

Le président de la Côte d’Ivoire Alassane Ouattara pourra-t-il organiser des élections apaisées, justes, inclusives et sécurisées ?

Les élections auront-elles lieu en Côte d’Ivoire?

Les discours ne vont pas dans le sens des actes, faut-il laisser organiser les élections, dans ces conditions ?

Quand on entend les membres du pouvoir s’exprimer, c’est comme si tout allait tellement bien en Côte d’Ivoire que les élections seront uniques dans le monde. Dans les discours, ils font croire que tout va bien et pourtant, les actes démontrent le contraire.

Le ministre Adjoumani ne peut pas se permettre d’être commanditaire d’un tel acte pour salir l’image de son propre pays, lui, ministre de la république. Quel risque d’exposer son pays par manque d’assurance de riposter à de tels actes ?

Le manque de maîtrise du ministre et sa volonté de se venger à un moment où son pays participe à un grand salon international consacré à l’agriculture dont la Côte d’Ivoire tire les plus grandes ressources. N’est-ce pas une ouverture sur la violence généralisée que le ministre vient de provoquer ? Est-ce à dire que désormais, les rencontres, meetings ivoiriens seront interdits en France ?

Une autre brèche vient de s’ouvrir

Les positions vont se durcir et les règlements de compte vont se perpétuer sur le sol français. Pour ce que nous savons, la France n’aime pas le désordre sur son territoire et agira fermement contre ces futurs désordres sur son sol et risque d’interdire tout rassemblement ivoirien, est-ce le souhait du pouvoir ivoirien ?

La Côte d’Ivoire n’a pas assez de soucis internes pour exporter sa rancœur, sa violence, son manque de maturité politique ? Nous pensons que le président de la république doit agir. Ne rien dire serait de cautionner ces barbaries.

Au regard donc de ce qui se trame, l’organisation de ces futures élections est très risquée. Pourquoi, le rhdp qui est au pouvoir se fait peur et voudrait pousser les ivoiriens à partager sa peur ?

Ce que le tronc de l’arbre ne peut pas dire, il le transmet à la branche et quand celle-ci est trop agitée, attire l’attention et les conséquences réservées à l’arbre lui-même, sont souvent dramatiques.

La Côte d’Ivoire ne mérite pas ce que le pouvoir fait passer comme message.

                                                                                Joël ETTIEN

                 Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.