Côte d’Ivoire: les évêques ivoiriens, pourront-ils faire fléchir le président Ouattara?

Les évêques ivoiriens sont allés dire au président Ouattara, de penser à la réconciliation. Pourront-il le faire fléchir?

Les évêques ivoiriens chez le président Ouattara

Le clergé ivoirien pose des actes salutaires en ce moment en Côte d’Ivoire certes, mais en réalité, il y a plus préoccupant que la politique, à savoir les viols sur les mineures, ces assassinats, ces rituels qui consistent à éliminer la vie d’autrui pour aller vendre ses parties intimes, la souffrance des ivoiriens liée à la paupérisation, voilà autant de sujets qu’ils pouvaient aborder avec le président Ouattara qui semble ne pas vivre sur la terre ivoirienne pour se rendre compte de l’évidence et comprendre que ses compatriotes se regardent en chien de faïence, par son fait.

Le président Ouattara, n’a de cesse de clamer haut et fort qu’il n’y a pas de prisonniers politiques, que tous les ivoiriens se soignent, mangent à leur faim et les enfants vont à l’école gratuitement. Que de contre-vérités qui ne l’honorent pas et c’est grave.

Les évêques ivoiriens savent très bien que le président Ouattara ne veut pas de la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire qui ne l’arrange pas. Depuis combien d’années M. Ouattara est au pouvoir et qui ne fait rien dans ce sens ? Pendant que tous, le prient comme un pape, il continue de pourchasser, d’emprisonner, de brimer la liberté d’expression, de favoriser des crimes odieux et de faire tout sauf le consensus national.

Une traque

Les prisons sont bondées de gens de bonne moralité. Des hommes capables de lui tenir tête et il fait fabriquer des délits pour les mettre aux arrêts. Sous le président Ouattara, il y a trop de délits et les ivoiriens se sentent opprimés, confisqués et vivent sous le sceau de la panique et de la peur.

Le rôle des guides religieux, c’est d’abord de la moralisation, de la sensibilisation, mais ils savent très bien que le président Ouattara est allergique à l’unité nationale et il a un problème avec la vérité. Ils doivent plutôt l’exorciser, prier pour lui afin qu’il soit débarrassé de ces esprits malins qui le fatiguent.

Il ne se passe de jour et de nuit, sans que les gens et non des moindres, attirent son attention sur la fragilité de la cohésion nationale et des risques aggravants qui rendent la situation explosive. Mais le président Ouattara ne veut pas entendre ces sons qui le dérangent. Pourtant, c’est dans son intérêt. C’est le seul chef d’état, qui ne veut pas que son peuple se rapproche. Alors on se pose la question de savoir sur quoi il compte pour se braquer contre son propre intérêt. Il ne se passe pas de jours, où l’opposition n’attire son attention à travers ses meetings et conférences de presse, mais rien ne fit.

Que veut-il donc, le président Ouattara ? Pourquoi n’a-t-il pas contredit les évêques ivoiriens pour leur dire que tout va bien dans son « pays » ? Ils ont touché du doigt, certains points sensibles, même si ce n’était pas à eux de le dire, parce que le président Ouattara déteste les leaders politiques ivoiriens, lui qui était avec eux quand il cherchait son pouvoir. Pourquoi ne veut-il pas les recevoir pour trouver des solutions aux maux qui minent le pays dont lui seul, est sûr que tout va bien ?

Ouattara écoutera t-il les évêques ivoiriens pour sauver le pays d’une éventuelle guerre?

Il a quel problème le président Ouattara pour qu’il s’active autant de mécontents priant pour sa chute ? Maintenant que les évêques ivoiriens lui ont fait savoir que rien ne va, s’il s’obstine à persévérer dans ses contre-vérités, que diront-ils à leur Dieu ? Prieront-ils contre lui ou pour lui ?

L’opposition ne veut pas le provoquer à ouvrir le feu sur les populations. Mais, quand une porte est claquée avec la clé à l’intérieur, que fait le propriétaire ?

Ceux qui ont menacé les évêques quand ceux-ci, ont voulu marcher, ils sont toujours en liberté. Les voilà qui paradent dans les rues ivoiriennes sans être inquiétés. Al Moustapha qui en est commanditaire, il est où ? Si c’était dans le camp de l’opposition, il allait actionner sur le bouton de Adou Richard qui allait les pourchasser, les déférer même la nuit. Pourquoi cette justice de deux poids, deux mesures ?

Pour les élections présidentielles prochaines, tout le monde est unanime que si rein n’est fait, c’est encore la guerre civile. Le président Ouattara, croit le contraire. Il a chassé tous ses adversaires politiques et pour ceux qui n’ont pas pu fuir, ils sont tous en prison. C’est dans quel état se trouvent les ivoiriens ?

La question qu’on se pose, si le président Ouattara ne respecte pas les doléances des évêques, que feront ceux-ci ? Ou bien, ce sont les musulmans qu’il attend pour leur obéir ?

                                                                                           Joël ETTIEN

                               Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.