Côte d’Ivoire: Les justices pourront-elles parvenir à ramener la Côte d’Ivoire aux ivoiriens ?

Les années en arrière qui ont animé la vie sociopolitique en Côte d’Ivoire commencent à livrer leurs secrets, confidences et de la vengeance, qu’est-ce qui prouve que des conflits nouveaux émanant de ces crises ne vont pas ressurgir ?

Des confidences bientôt en Côte d’Ivoire

Les grandes nations ne sont pas sorties sans séquelles nationales, c’est-à-dire par des guerres d’occupations, des siècles avant de parvenir à leur vraie souveraineté pour asseoir leur propre liberté. Il n’y a pas de pays qui s’est autodéfendu sans passer par des guerres, exemple, la France qui a été occupée d’autres pays, avant de faire appel à d’autres pays pour l’aider à parvenir à bout de ses occupants. La Côte d’Ivoire, a sollicité qui, pour l’aider à chasser l’occupant ou les occupants ? Elle traine dans sa besace, les tracas et les remous, sans vouloir véritablement mener une vraie lutte.

La Côte d’Ivoire a traversé des moments difficiles certes, par une seule guerre qui a engendré des conflits intercommunautaires qui dorment et peuvent refaire surface à tout moment. Des fournis sortent des trous.

Pour beaucoup d’ivoiriens, le temps du jugement dernier est arrivé par des audiences qui suscitent des interrogations et des interpellations. Les populations sont surexcitées par des clans et pour peu, des remus foisonnent pour redonner des vrais et faux espoirs. Il sera trop tôt de tirer des conclusions pour la liberté retrouvée de la Côte d’Ivoire, au regard de son insuffisance de cadres et de leaders politiques patriotes et aimant véritablement leur pays pour reprendre la lutte pour en faire, un vrai combat de libération.

Nous assistons hélas à des hésitations et turbulences politiques dont certains en profitent pour engranger des mânes pour leur quotidien et des accusations fortuites voient le jour qui enveniment le débat politique orphelin. Est-ce que les ivoiriens ont conscience que leur pays a de sérieux soucis d’émergence ? Ont-ils conscience que certains ordres viennent de l’extérieur qui souvent plombent les prises de décisions souveraines du chef de l’état ? Savent-ils faire la différence entre la contradiction principale et la contradiction secondaire ? Autant de questions qui méritent éclairage.

Sinon, dans le cas actuel où les intérêts sont divergents, si la majorité ne va ou ne vient pas au secours du pouvoir qui, lui-même en a besoin, la situation sera comme une toupie sur une natte. La Côte d’Ivoire est envahie par des enseignes commerciales et non par la technologie pour la transformation de ses matières premières.

Les années livrent des secrets, c’est vrai, mais de quels secrets pour qui et qui peut récupérer les dividendes de ces remues ménages pour en faire une patata chaude ? Les justices locales et internationales qui s’en prennent aux lois de la république, sont ou veulent activer des audiences pour accabler et établir la justice des justes.

Les ivoiriens y voient encore la main mise d’un règlement de compte politique, pour des vengeances claniques et d’écarter certains. Des cris de joie et de colère émergent, mais s’éterniseront comme une tempête dans un ver d’eau.

Le peuple semble être abandonné à son propre sort et le paysage politique manque de leader et très souvent, cela embarrasse le pouvoir, qui n’a pas de contre poids pour relever le niveau du débat.

Les audiences s’ouvrent mais est-ce que les verdicts seront respectés de manière équitable pour calmer des douleurs et faire avancer le débat politique ? La CPI serait à la trousse des auteurs de certains crimes odieux, mais jusqu’à quand ? Les années ivoiriennes livreront-elles des vrais secrets d’état ?

Le monde entier a les yeux rivés sur la justice ivoirienne et même le président de la république voudrait que cette justice soit, pour une fois équitable pour situer les responsabilités afin d’éclairer le temps sombre et ramener les ivoiriens à aimer et à s’aimer. Ce qui est sûr, les années charnières et belliqueuses ont meublé la vie ivoirienne, est-ce que les deux justices seront-elles capables d’aller jusqu’au bout de leurs enquêtes et audiences pour situer les responsabilités pour apaiser les cœurs ? Les ivoiriens oisivement attendent la fin des fins.    

                                                                Joël ETTIEN

      Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.