Côte d’Ivoire: La libération des cadres du PDCI RDA, pourra-t-elle être bénéfique pour le parti?

Un prisonnier politique libéré peut-il être mordant et efficace ? On annonce la libération de certains cadres du PDCI RDA dont M. Maurice Kakou Guikahué. Au-delà du geste, si c’en est un, on ne libère pas un prisonnier politique, on le réhabilite. Le Guikahué bouillant pourra-t-il être le même à son retour ?

Libération des cadres du PDCI RDA

Le monde politique a ses codes et ses principes. Quand un politique n’a pas gouté à la prison dans l’exercice de son combat, il croit que tout aisé, encore il faut se fortifier à l’idée qu’à tout moment, le grappin peut se poser sur ta tête. Au PDCI RDA, eux tous ont cru que la prison, n’était réservée qu’au seul camp des Gbagbo, au point où, certains dans leur complaisance, ont actionné, l’arrêt de la liberté de ceux-là. Jamais, ils n’ont pensé qu’un jour, la roue qui tourne, pourra les viser.

En si peu de temps seulement, pas plus de 20 jours de détention, des maladies se sont révélées dans le corps de certains, quand les Gbagbo, ont pratiquement fait de la prison, leur résidence secondaire, mais ils sont saints.

Le manque de solidarité et les complots sournois, mais visibles de certains politiques ivoiriens, fragiliseront toujours la vie politique ivoirienne. Quand on dit que ça n’arrive pas seulement qu’aux autres et on peut être opposants sans vouloir du mal des autres, certains cadres du PDCI RDA, ont cru que cela n’allait jamais leur arriver et c’est arrivé.

Qu’est-ce qui prouve qu’on ne leur a pas soumis à des interdictions, restreignant leur nouvelle vie politique ? Un prisonnier politique, pour qu’il recouvre la liberté, il y a des limites qui lui sont fixées, à ne pas franchir, est-ce leur cas ?

Ce qui est sûr, le vieux Bédié a déjà pris ses dispositions pour éviter des déconvenues, puisque c’est la période des élections locales, il ne va pas impliquer des prisonniers dans la machine pour qu’il soit surpris, donc, la sortie des cadres du PDCI RDA est certes salutaire, mais inefficace, pour l’instant.

Les choses sérieuses vont commencer et le président Bédié le sait très bien, qu’il se méfie de ses cadres contagieux politiquement. Il a un gros souci, la lutte de la survie de sa formation politique. Il en a assez payé et s’il ne fait pas attention et qu’il commet certaines dernières erreurs, son parti ira dans l’antichambre du désespoir car c’est en sein, que le pouvoir puise sa subsistance nourricière politique.

Quand on sait ce que l’autre qui est plus fort parce qu’il a les moyens, il faut faire profil bas et je ne pense pas que la sortie des cadres sacrifiés du PDCI RDA pourrait être comptabiliser dans le quotidien. Mais les savoir en liberté, est tout de même, encourageant et motivant.

                                                    Joël ETTIEN

        Directeur de publication : businessactuality.com  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.