Côte d’Ivoire: à ceux qui se plaignent du message de félicitations de Macron à Ouattara

Pourquoi continuer à se plaindre des félicitations de Macron à Ouattara ? Visiblement, ce ne sont pas les militants des partis politiques ou les électeurs traditionnels  qui sont les fauteurs de troubles électoraux en côte d’ivoire, mais certains leaders de l’opposition qui savent ce qui se passe, et qui se gardent bien  d’informer leurs militants ou les populations. 

Macron félicite Ouattara

Posons- nous la question de savoir pourquoi à moins de  deux mois du   scrutin présidentiel du 31 octobre 2020, certains chefs de l’opposition avaient ils  écrit à monsieur Macron à s’ingérer dans une élection souveraine ? En écrivant à Macron, ces  leaders politiques de l’opposition  avaient ils oublié qu’ils confirmaient la dépendance de la côte d’ivoire à puissance France ? Ou alors souffriraient-  ils d’une dose  d’endomorphines ? C’est à dire, des morphines naturelles fabriquées par le cerveau, destinées à endormir la douleur qu’induirait une prise de conscience..

En réalité, nos opposants se plaignent parce que Macron n’a pas porté son choix sur eux.. Pourquoi avaient ils choisi Macron d’arbitrer  cette élection dite souveraine ?  

Mais dites-moi, à quelle heure commence la souveraineté de la côte d’ivoire  et à quelle heure s’arrête-t-elle ?  

L’opposition avait aussi invité  certaines organisations régionales et sous-régionales (CEDEAO, et UA) et internationales (UE, ONU)  dans ce scrutin.. Ces organisations ont tranché en faveur de Ouattara.

Maintenant, j’invite notre opposition à en-tirer les conséquences de ses propres tergiversations et incohérences, et de  passer à une autre étape. En 2025, L’opposition fera encore appel à un autre président français pour venir contrôler notre scrutin présidentiel dans un pays dit souverain. Que veulent les politiques ivoiriens ? Trop de morts inutiles à chaque scrutin. Soyons courageux d’affirmer notre souveraineté que de faire appel à la France à chaque scrutin.

Quel sens donnons-nous  à ces luttes intermittentes et qui sont  sans objectifs réels ? Pourquoi attendre les périodes électorales pour changer les imperfections liées à nos élections ou à notre code électoral ? Sans élection présidentielle, personne ne parle des listes électorales, voire la recomposition de la CEI et des confectionnements des pièces identités. Toute révolution est permanente et non statique..

Liade gnazegbo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.