Côte d’Ivoire: Il faut que le ministère de la réconciliation, fasse de l’anticipation sur le terrain, les élections arrivent.

Il existe un ministère de la réconciliation nationale, désormais en Côte d’Ivoire, pourquoi et comment se fait-il que dans certaines localités du pays, des tensions sommeillent qui peuvent exploser à tout moment, il ne fait pas de l’anticipation. En Côte d’Ivoire, le vivre-ensemble dans certaines localités, est devenu très tendu et des populations se regardent en chiens de faïence. Des villages entiers, n’appartiennent plus à leurs natifs et des ivoiriens sont sous l’emprise d’un repeuplement qu’il faut subjuguer. Si le ministre de la réconciliation veut laisser un nom dans l’histoire, voilà des sujets qui pourront le lui permettre.

Le ministère de la réconciliation doit prendre ses marques

Le président de la république, S.EM. Ouattara a vu juste de créer, un ministère de la réconciliation, s’étant rendu compte de l’effectivité de la méfiance entre les ivoiriens, il faut que ce nouveau ministère fasse preuve d’anticipation. En Côte d’Ivoire, on connaît les villes et villages où des tensions intercommunautaires existent et qui peuvent pour peu exploser. La cohabitation dans certaines zones ivoiriennes, est d’une méfiance telle que, des palabres éclatent et les étrangers souvent armés d’armes à feu, ouvrent le feu sur les autochtones.

Le nouveau ministre le sachant, ne ferait-il pas des missions exploratoires dans ces zones, comme Dabou, Bouaflé, M’batto, Toumodi, Guézon et j’en passe pour chercher à éteindre ces feux qui peuvent à tout moment rallumer la flamme des conflits ? Il existe dans ces localités, des autorités administratives, politiques, coutumières, des responsables des jeunes et des femmes, des guides religieux pour des règlements avant qu’il ne soit trop tard.

Nous saluons ses visites dans les cercles religieux pour prendre de la force spirituelle, mais aller sur le terrain, ferait mieux qui mettra les populations en confiance surtout les plus marginalisées qui se croient abandonner par le pouvoir, quand elles sont attaquées. Sa présence en ces lieux comme nous le disons tantôt, rassureront les plus faibles ou ceux qui se croient oublier, à qui on spolie tout leur héritage que le pouvoir, laisse faire.

Nous osons croire que ce ministère de la réconciliation serait plus sur le terrain que dans les lieux de prières, des chancelleries.

Les élections approchent et c’est l’occasion des tensions vives à relent dramatique, il lui appartient de prendre angle et former des missions au demeurant, se rendre lui-même sur les lieux des zones connues à haut risque d’explosion, pour préparer les esprits à la paix car en Côte d’Ivoire, il ne se passe jamais d’élections sans mort, et c’est sa tâche.

Pour ces élections à venir, qu’il fasse tout pour épargner la mort aux électeurs à cause de l’incohérence de ces politiques au ventre mou et à l’estomac percé. Pour leurs propres intérêts, il ne faudrait pas qu’ils se servent des résultats de ces élections, pour entrainer les gens dans les rues pour se faire abattre comme des animaux et ça aussi, c’est le rôle qui incombe au ministre de la réconciliation.

Bon vent dans ses démarches et comme on le dit en Côte d’Ivoire, quand on t’envoie, il faut savoir t’envoyer.

                                                           Joël ETTIEN

                 Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.