Côte d’Ivoire: Ne condamnez pas les guides religieux qui prennent position pour alerter.

Quand des positions sont tranchées, les oreilles se bouchent et que personne ne veut rien entendre, le peuple panique, la peur s’empare de lui, c’est normal que les religieux prennent position d’alerte maximum.

Des guides religieux se rendent enfin compte que des dangers planent

Des guides religieux se rendent enfin compte que des dangers planent sur le déroulement des élections présidentielles en Côte d’Ivoire, se rendant aussi compte que les prières ne peuvent pas calmer les cœurs déjà endurcis, sont obligés de descendre dans le peuple pour l’accompagner dans la sensibilisation et monter sur l’autel des politiques, pour leur parler.

Ils sont en contact permanent avec leurs fidèles qui leurs remontent les craintes et angoisses, ils sont contraints de parler officiellement aux politiques surtout au président de la république. Un imam a interpellé dans son prêche et l’église catholique renforce le clou, cela voudra simplement dire que la situation ivoirienne est inquiétante.   

Interpeller ne veut pas dire qu’on est contre un tel ou un tel. C’est attiser encore le contre-sens de leurs propos qui n’est pas bon. On peut aimer une personne et lui dire la vérité est synonyme de haine, là, les ivoiriens qui se jettent dans ce débat, n’ont rien compris et c’est eux, qui sont contre la paix.

Si tout ce combat que les politiques mènent c’est pour le bien-être des ivoiriens, acceptez que les guides aussi, à des moments se prononcent sur le quotidien de leurs fidèles qui, une fois fragiliser, ne donnent plus de centime. Le monde noir n’est-il pas encore dans sa propre histoire ? Les hommes de Dieu, savent où se trouve la vérité et de peur de sécher certaines de leurs faveurs, se taisent et si pour une fois, ils prennent position pour attirer l’attention sur les risques de la campagne avant la proclamation des résultats, il faut s’en estimer heureux.

Il n’y a pas un peuple africain plus croyant que les ivoiriens, pour preuve, la multiplicité des pasteurs, donc logiquement, le Satan et le diable n’ont pas droit de cité dans ce pays, mais hélas, les ivoiriens sont toujours à la rue spirituelle et cherchent, une auberge spirituelle.

Donc, si déjà, ils prennent position, encouragez-les et poussez aussi et incitez les rois et chefs à intervenir car on sait quand on commence une guerre, mais personne ne sait sa fin avec ses effets collatéraux. Si prévenir vaut mieux que guérir, chacun doit mettre un peu de sa bonne foi et sa volonté pour circonscrire le danger, encore qu’il n’y a pas longtemps, les mêmes élections présidentielles ont causé des milliers de morts. Il tirer les conséquences pour avancer.

Quant à nous, nous écrivons tout le temps, pour alerter sur les risques que courent ces élections et dont les acteurs au lieu d’y penser, c’est la France qui les préoccupe. Donc, depuis-là, les ivoiriens ne sont pas souverains et indépendants ? Ils peuvent donc revoir leur statut pour demander à devenir des DOM-TOM bis où la France choisira ses gouverneurs, pour préserver leur vie.

                                                                       Joël ETTIEN

                    Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.