Côte d’Ivoire: La nomination à la primature de M. Patrick Achy, ne suscite pas trop de joie.

Confirmation de M. Patrick Achy à la primature, joie et crainte s’emparent de ses parents et amis, à cause de ce qui se passe au sommet de l’état, du coup, les félicitations sont timides, mais pour sa loyauté et sa fidélité, il vient d’être promu à la tête du gouvernement ivoirien dit le gouvernement 2021.

Patrick Achy nouveau premier ministre ivoirien

Les décès en cascade ces derniers temps à la primature, donnent de la sueur froide aux ivoiriens. D’ordinaire, c’est la fête dans la région natale du nominé, mais cette fois, la nomination du président du conseil régional d’Adzopé, M. Patrick Achy, c’est la tiédeur et la joie est peu empressante et emballante.

La Côte d’Ivoire vit dans la peur de la mort. En moins d’un an, deux premiers ministres sont morts. Le premier des premiers ministres à avoir tiré sa révérence, c’est bien M. Gon Coulibaly et 8 mois après, c’est le puissant Hamed Bakayoko qui meurt d’un cancer foudroyant et cela inquiète tous les ivoiriens sans exception.

Mais en même temps, il faut que l’état fonctionne, donc, le président Ouattara vient de confirmer, un de ses fidèles transfuges en la personne, M. Patrick Achy. Ce dernier a marqué son accord et c’est l’occasion aux ivoiriens qui s’adonnent à la prière de joindre leurs deux pieds pour prier leurs dieux afin qu’il donne la longévité au premier ministre, le tout nouvel occupant et remplaçant de Hamed Bakayoko, doit s’y faire.

A Adzopé, la joie qui suscite les grandes fêtes est timide et la crainte est sur le bout des lèvres, même si elle n’est pas visible, mais venant des Akyé, qui aiment la fête, avec des orchestres qui se donnent à des live, la nomination du premier ministre bloque des souffles.

Il faut néanmoins reconnaître que M. Patrick Achy a démontré sa loyauté et sa fidélité au président Ouattara et connaît son rythme de travail et après 20 ans dans les arcanes du pouvoir, il peut passer devant les caméras, maintenant s’il y a des esprits qui mangent des âmes et logés dans les bureaux de la primature.

Il appartient au président Ouattara et de son plus cher fidèle collaborateur de procéder à des sacrifices pour exorciser les lieux, car à Adzopé, tout le monde dit qu’il n’y a jamais deux sans trois, voilà la raison de leur crainte car M. Patrick Achy est leur président du conseil régional et le premier cadre à atteindre ce sommet, ils voudraient le voir, vivre longtemps.

Quant à nous, nous voudrions lui souhaiter la bienvenue et la longévité de s’occuper véritablement de la Côte d’Ivoire. Une fois n’étant pas coutume, il doit pouvoir croire que de regarder tout le temps le président de la république. Quand on t’envoie il faut savoir t’envoyer, comme dit l’adage ivoirien, mais dans les coulisses, des bruits sortent que l’opposition a accepté de se joindre à lui pour conduire les affaires du pays. Ce n’est déjà pas mal.

Ce cas a été vécu dans le diocèse d’Abengourou, où il fut un moment, tous les évêques mourraient et quand Monseigneur Bruno Kouamé a pris les reines du diocèse, il a crié très fort devant le président Félix Houphouët Boigny, en ces termes : « je ne mourrai pas » et il a passé tout le temps, jusqu’à ce qu’il prenne sa retraite dans ce diocèse.

Peut-être en menaçant ces esprits assassins, par le même procédé, on verra, mais la joie n’est au top à Adzopé, mais on croit qu’il se porte très bien et qu’il suivra les consignes barrières du Covid-19.

                                          Joël ETTIEN

      Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.