Côte d’Ivoire: La numérotation téléphonique qui passe à Dix chiffres, n’a rien de développement.

La numérotation à dix chiffres en Côte d’Ivoire, n’est pas synonyme, de développement, en plus, l’opérateur Orange-Ci, continue de pratiquer ses coûts excessifs aux ivoiriens surtout en ce qui concerne la connexion internet et ce n’est pas normal. Ce n’est pas parce que, désormais la Côte d’Ivoire sera sur le même pied d’égalité avec la France que ce pays est grandement développé.

La numérotation téléphonique à 10

Il n’existe pas d’abonnements en Côte d’Ivoire et c’est des recharges à n’en plus finir avec des acrobaties informatiques sur les téléphones pour finir par perdre la connexion internet, parce que dans ces mélanges, on a oublié de souscrire à ça.

Pourquoi ne pas rendre simple, ce qui n’est pas compliqué ? Comme les ivoiriens sont les gros consommateurs de téléphones, puisque le minimum qu’un seul ivoirien puisse en posséder, soit deux et souvent les plus exagérés en possèdent plusieurs pour deux oreilles. Quand plusieurs sonnent en même temps, il faut les voir, se trémousser et se battre dans leurs conversations, alors, c’est un bon deal pour Orange qui dépend de la France.

Le système de téléphonie en Côte d’Ivoire est trop ambigu et qui profite à ces opérateurs qui n’ont d’yeux que sucer les pauvres populations, qui peinent à manger trois repas par jour. Ce qui est intéressant dans cette pratique, c’est la couverture sur certaines zones des villes de province., mais cela ne doit pas occulter l’essentiel, la réalité et l’humanisme dans l’exploitation, surtout, quand il s’agit d’internet.

On a l’impression que comme c’est orange qui distribue son réseau aux autres opérateurs, dont elle a le monopole, souvent, chez les autres concurrents, il y a des dérangements.

Il est mentionné que pour 5000 frs CFA, soit en environ 7 euros, ce qui est énorme dans le budget des ivoiriens, l’opérateur, vous donne la possibilité d’être connecté pour 30 jours, c’est-à-dire 1 mois, mais c’est archi faux. Tous ceux qui souscrivent, pour cette option très souvent, déjà à 5 à 10 jours, il n’y a plus de connexion internet et il faut encore recharger, en spécifiant, la recharge appel et internet, on trouve qu’il y a trop d’incompréhensions qui frisent l’anarque.

Aujourd’hui, connaissant les difficultés des ivoiriens, orange devrait plutôt simplifier et distribuer internet au même tarif qu’à ceux qui en ont besoin.

Pourquoi, Free ne vient-elle pas désacraliser ce monopole ici en Côte d’Ivoire comme ce qu’elle a fait en Europe surtout en France où, le téléphone n’est plus un luxe, mais un moyen de communication ? Sinon, faire passer le chiffre à 10, ce n’est pas synonyme de développement, mais c’est un management commercial.   

                                                      Joël ETTIEN

                Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.