Côte d’Ivoire: Où sont les fortunés ivoiriens pour le développement de ce pays ?

Où sont les fortunés ivoiriens qui ont les moyens financiers pour se mettre à la disposition du développement du pays ? L’économie se trouve entre les mains des étrangers, comment un pays peut se développer, sans l’implication des autochtones et la Côte d’Ivoire souffre de cette carence.

Fortunés Ivoiriens, le pays vous appelle

Toutes les usines du pays appartiennent aux étrangers. Alors, je pose cette question, tous ces ivoiriens qui se battent pour avoir autant de moyens financiers, leur richesse sert à quoi ou à qui ?

Dans tous les pays au monde, le développement se repose sur les autochtones, mais en Côte d’Ivoire, les fortunés, les riches courent les rues, mais ils font quoi avec toutes ces fortunes ? On a vu, pendant la crise postélectorale, de 2010, la fuite des étrangers qui avaient fermé leurs industries, en mettant une grande partie des ivoiriens dans le chômage.

Pourquoi, les fortunés de ce pays, refusent de mettre leurs fortunes en créant des unités pour transformer les produits ivoiriens ? Il y en a tellement que si, des fortunés ivoiriens mettaient leurs fortunes, à la disposition du développement, ils contribueraient au développement en aidant le président de la république qui est obligé de faire appel à des investisseurs étrangers.

Soit, c’est le président Ouattara qui ne favorise pas l’implication de ses compatriotes fortunés ou si c’est par méchanceté qu’ils refusent de s’impliquer. Si ce sont des étrangers qui doivent avoir le monopole de l’industrialisation, quand le pays rencontre des difficultés, ceux-ci, l’abandonnent et laissent le pays, dans le désarroi.

C’est pourquoi, je voudrais que le pouvoir facilite cette implication des ivoiriens dans son développement. Il appartient aux députés de voter des lois qui contraignent ces fortunés qui sont sus, à investir dans le pays que d’aller, loger leurs fortunes ailleurs.

Même les feuilles du manioc, peuvent être transformées, c’est ce que les africains du centre consomment, il y a tellement d’opportunités que celui a un peu d’argent, qu’on l’oblige à créer des industries dans le pays. Quand ces étrangers engrangent des plus-values, ils les emportent sans même reverser à l’état, le minimum pour le développement de ses compatriotes, quel pays qui peut accepter, une telle insulte ? Quel est le rôle des députés et sénateurs qui sont sensés voter des lois pour la sauvegarde et le bien-être des ivoiriens ?

La négligence des fortunés ivoiriens ne favorise pas le développement

Tant que les nationaux ne s’impliquent pas dans le développement du pays, pour bousculer les vieilles habitudes, la Côte d’ivoire sera un pays à la proie des étrangers.

Comment, on peut faire croire aux consommateurs ivoiriens que des enseignes commerciales peuvent développer un pays ? Vous arrivez à Abidjan, toutes les enseignes commerciales chinoises, françaises et autres, vous aveuglent, mais n’est-ce pas, par des usines de transformation des produits ivoiriens, qu’on peut prétendre à un développement ? On développe un pays avec le transfert de technologie et non par des enseignes commerciales.

Il faut que le pouvoir se penche sur ce désinternement des ivoiriens fortunés dans le développement de leur pays. J’en connais des planteurs d’hévéas qui peuvent transformer l’hévéas sur place pour embaucher, certains ivoiriens. Ils mettent toutes leurs fortunes dans la construction des grosses maisons et dans l’achat des grosses voitures et l’état souffre, en livrant son économie aux étrangers. Il faut les motiver à aimer leur pays que de faire croire qu’en gardant leurs fortunes dans les pays occidentaux, c’est ceux-là qu’ils aident, alors qu’ils n’en ont pas besoin. La Côte d’Ivoire, a tout pour être un pays industrialisé, mais la mauvaise foi de ses fortunés, la tirent vers le bas. Il faut que cela change.

                                                               Joël ETTIEN

 Directeur de publication : businessactuality.com  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.