Côte d’Ivoire/Dialogue 2021: Palabre politique est finie.

Peut-on parler de fin de palabre politique ? Si l’opposition ivoirienne veut aller vite et bien selon ses besoins pour permettre à la Côte d’Ivoire de vivre mieux et dans la paix, que demande le peuple ? le pouvoir et l’opposition viennent de s’accorder, encourageons-les et avançons.

La palabre politique semble prendre fin

Ce qui se passe en Côte d’Ivoire sous la houlette du Premier Ministre M. Hamed Bakayoko, est à saluer car quoi qu’on dise, il faut bien, une fin à tout. Hier soir, on a tous vu, des images où l’opposition et le pouvoir scellant et brandissant, une signature montrant la fin de leurs désaccords. Palabre politique est donc finie. Alors, il faut soutenir ces actions car, les ivoiriens ne vont pas éternellement rester dans une situation de ni paix ni guerre.

Ainsi, ils iront tous aux élections locales, à commencer par les législatives prévues pour le 6 mars prochain. Dans les QG des partis politiques, on s’active pour le choix des candidats. De peur de voir l’alliance PDCI RDA et FPI exploser en plein air, puisque dans des endroits, quand c’est le PDCI RDA qui est bien positionné, le FPI ne présente pas de candidat, vice versa, est-ce que les laisser pour compte, ne vont-ils pas tenter leurs propres aventures en indépendance ?

Les calculs politiciens qui se font en Côte d’Ivoire, laisseront des écueils et des partis fragilisés comme le PDCI RDA risqueront, si rien n’est fait, de connaître des fractures tellement graves, qu’ils pourront s’en sortir marqués, très marqués.  

Au niveau du FPI, dont ses bastions lui manifesteront fidélité, car leur leader Laurent Gbagbo arrive et qui est attendu, ne pas lui réserver des élus, serait signe de haute trahison alors que dans ce parti, ce sont des choses qui y sont abominables. S’ils s’entendent autour d’un seul pour conduire ces élections à venir, ils auront quelques élus dans les chambres.

Signature de la charte de décrispation, symbole de fin de palabre politique

La charte de décrispation vient d’être signée sous la houlette du Premier Ministre, il faut aller à la paix et il appartient aux différentes béquilles politiques des partis politiques, de comprendre leurs jeux et de laisser les choses se faire.

Ainsi, à leurs risques et périls, tous les partis politiques, société civile et des indépendants, s’apprêtent à aller solliciter le suffrage de leurs parents, bonne chance aux compétiteurs.

Pour ceux qui ne voient pas dans la même direction ce qui se passe sur le terrain politique ivoirien, il faut que les ivoiriens se parlent et cherchent à aller de l’avant. J’en prends note de ce qui se passe car, si beaucoup d’entre nous avaient cru bien faire de batailler pour permettre à l’opposition d’avoir de la bonne vision et qu’elle fait autre chose sur le terrain, en fonction de ses intérêts, pourquoi, se mettre à dos, tout un bloc. Ils ont décidé d’aller à ces élections, alors encourageons-les, mais qu’ils sachent que les ivoiriens ne sont pas des animaux à sacrifier à chaque élection.

On a tous compris le sens de leurs jeux et personne ne doit mourir pour eux, car si leur vie leur parait précieuse, il faut que la nôtre aussi, le soit. Peut-être qu’à la fin de tout, les prisonniers recouvriront la liberté puisqu’on annonce à coup de fanfare l’arrivée des exilés.

                                                                        Joël ETTIEN

         Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.