Côte d’Ivoire: Quand des pasteurs font de la publicité pour attirer des clients.

Côte d’Ivoire, le pays où les religieux font de la publicité à outrance comme si la foi, était commerciale et ça parait normal et pourtant. On ne sait plus si ce sont des fidèles ou clients.

Certains pasteurs se livrent à la publicité en Côte d’Ivoire

La foi, celle qui conduit certains dans les églises et mosquées, n’est pas une obligation, mais une volonté personnelle. En Côte d’Ivoire, surtout à Abidjan, les nouveaux dieux se font la concurrence et sont passés à la publicité à outrance. Peut-on en déduire que Dieu serait devenu, un fonds de commerce ? Qui est bon et vrai pasteur ?

Les dimanches, les rues de la capitale économique sont vides et les quelques rares voitures y circulent sans bouchon, parce qu’ils sont tous dans les églises. Ceux qu’on rencontre dans les coins, ont chacun, une bible à la main et donnent l’impression que seuls les dimanches, qu’il faut qu’ils s’habillent correctement pour louer leurs dieux. A Yopougon, par exemple, les églises rivalisent avec les bars et restaurants et les bruits stridents des hauts parleurs qui sortent de ces églises, les voisins en ont pour leurs oreilles.

Autrefois, les grandes pancartes publicitaires qui servaient aux produits de consommations, ont cédé leur encart aux grands portraits des pasteurs de toutes les confessions émanant de la bible. Les pasteurs en Côte d’Ivoire, dans chaque famille, on peut en compter plusieurs et les églises fécondent dans les coins et recoins de la capitale.

Dieu est-il devenu, un grand business dans un pays qui sort de guerre et qui a besoin de tous repères ? Les plus malins, abusent de la bonne foi des pauvres qui croient mordicus que certains dieux viendraient le sortir de leur misère pathologique à travers des prières, sans rien faire qui ne font que trop durer et dont ils ne tirent jamais de conclusion.

Si et seulement si, les églises produisaient des miracles, la Côte d’Ivoire serait le plus grand pays émergent et puissant de toute la planète terre, mais hélas, Jésus Christ, tarde à venir et comme il est devenu, un opium, les plus rusés s’en servent pour escroquer les plus faibles. Dès qu’ils sentent une baisse de tension ou un éveil de conscience, ces pasteurs passent par des publicités et d’autres envoyés, se mettent en pleine rue avec des mégaphones à la main pour dérouter les passant sur la croyance qui sauve.

La plupart de ces pasteurs sont dodus, leurs femmes embonpoint, pendant que les autres souffrent dans leur chair avec leurs problèmes sans solutions.

Quand la publicité a eu raison des plus faibles, il faut voir le nombre des bolides dans leurs parkings, on tombe à la renverse, pendant ce temps, beaucoup de fidèles marchent à pieds, transpirant de sueur, mais ça continue.

C’est en Côte d’Ivoire qu’on voit, des pasteurs faire de la publicité et cela n’émeut aucunement les autorités ivoiriennes, alors que c’est un secteur qui abomine les plus faibles. Certains leaders politiques s’y sont mis, proférant que dieu viendrait faire leur palabre à leur place et ils sont tous assis depuis des lustres et ce dieu n’arrive point.

Quand dieu devienne un fonds de commerce dans un pays en voie de développement comme la Côte d’Ivoire, les autorités doivent être vigilantes sur ce sujet et ne pas avoir d’agir. Si les ivoiriens doivent se battre pour s’éloigner des effets de la colonisation qui leur pèsent sans cesse et que leurs propres fils doivent les arnaquer par la bible, à quand l’éveil des consciences ?

                                                 Joël ETTIEN

      Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.