Côte d’Ivoire: Le PDCI RDA dans la tourmente.

Le PDCI RDA et ses démêlés qui ouvrent les portes sur son intérieur et on se rend compte que rien n’y va, il est vraiment dans la tourmente, notre analyse.

Malaise au PDCI RDA

C’était prévisible ce qui arrive au vieux parti politique ivoirien, le PDCI RDA. Le secrétaire exécutif, Maurice Kakou Guikahué, après sa sortie de prison, n’est plus bouillant et les autres le tapent tous les jours.

La guerre de succession a commencé dans ce parti. Entre eux, le torchon brûle et le vieux Bédié ne sait pas comment s’y prendre. De son vivant, il voit l’émiettement et l’appétit vorace de ses suiveurs. A qui confié ce parti pour ne pas qu’il soit broyé par l’adversaire s’il n’est plus là ? Il n’en dort pas et la guéguerre ne n’est pas non plus, prête à s’arrêter.

Le président Gbagbo arrive pour mettre de l’ordre dans son parti, pendant que le président Bédié, s’est fait envahir par ses acolytes, qui souhaitaient maintenant à visage découvert sa mort physique pour récupérer le parti. Pendant ce temps, ça meurt dans ce parti et le vieux Bédié, semble ne plus faire confiance à sa jeunesse, dont il est obligé de s’allier, n’ayant pas le choix.

Maurice Kakou Guikahué, en a trop fait qui le rattrape et sa fin sera très douloureuse et il subira lui aussi, l’amertume, la douleur et la tristesse des actes qu’il a fait subir aux autres pour les effacer et rester le seul maitre à bord. Entre lui et le président Bédié, ce n’est plus le plus grand amour et il doit dégager. Comme il a fait dégager les autres, il ne s’est pas où atterri et avec qui, mourir politiquement. La fin du puissant capitaine courage a sonné et beaucoup jubilent chez eux, mais font semblant de partager sa traversée du désert.

Les têtes vont encore tomber au PDCI RDA et finalement, on ne sait pas qui restera avec le vieux, pour le rassurer de lui organiser des obsèques grandioses à la dimension des services rendus à la nation.

Il faut que les militants de ce parti comprennent que, personne ne suscite ce qui leur arrive et qu’ils doivent assumer les conséquences de leurs actes contre productifs, qui les ont éloignés des victoires certaines qui plombent et encore ce parti dans un coma profond.

Il appartient donc au vieux Bédié, de ne point tenir de quel baoulé prendre ou choisir pour assumer le destin de ce parti, qui n’est pas seulement, un bien réservé à son ethnie baoulé, mais à tout le monde et que le plus méritant doit être choisi pour la continuité.

La porte du PDCI RDA est ouverte et tout le monde voit que donc à l’intérieur, les tiroirs sont vides et qu’il faille trouver d’autres cadres utiles pour l’avenir de ce parti.

                                             Joël ETTIEN

      Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.