Côte d’Ivoire: le peuple boude le président Ouattara

Les ivoiriens boudent le président Ouattara dont ils qualifient de ne pas respecter et de violer la constitution et pour ce crime, ils ne sont pas prêts à les lui pardonner. Quand on a fini de tout voler ou arracher aux propriétaires, on fait amende honorable et revenir à la raison.

Le président Ouattara pas digéré par le peuple ivoirien

Les dernières conditions pour les élections présidentielles n’ont pas respecté les valeurs cardinales de la vérité et de la loyauté, beaucoup d’ivoiriens ne se reconnaissent pas dans cette victoire. Il appartient au président Ouattara de savoir se rapprocher de son peuple, qui le décrie que de le chérir. Il y a un désamour entre lui et son peuple, il faut qu’il ouvre la porte du progrès pour tous et le bonheur pour chacun.

On ne peut pas gouverner un peuple dans des récriminations, douleurs et le président Ouattara sait qu’en état, il y a trop de torts causés dont il doit réparer pour faciliter la cohabitation, le vivre-ensemble. Il y a trop de tensions dans le pays, même si les gens font semblant de vaquer à leurs occupations, il faut qu’il décrypte les tensions dormantes qui pourront exploser, un jour si rien n’est fait.

On parle du retour très attendu du président Gbagbo et de Blé Goudé, au stade de leur semi-acquittement, l’état de Côte d’Ivoire doit s’impliquer pour montrer sa solidarité, c’est lui en tirera le plus grand profit.

S’il est parvenu à enlever les dents de l’opposition, tout le monde sait qu’il ne joue pas avec son pouvoir, mais il est temps de relâcher et stopper la machine. Il faut libérer les prisonniers politiques.

Il faut aussi ouvrir les portes de la construction du pays aux nationaux, revoir l’éducation nationale et la formation de la jeunesse.

C’est vrai qu’on annonce qu’il y a eu beaucoup de retours au pays, mais il en reste encore nombreux dont leur présence pourra être un capital pour l’émergence dont il parle.

Si l’opposition s’est affaiblie, la société ivoirienne est là et qui attend que des assouplissements soient pris pour que tout le monde se sente impliqué dans la construction du pays.

En ce qui concerne la justice, tant qu’il n’y aura pas une réelle séparation des pouvoirs, les institutions qui sont aux mains du seul président de la république, seront toujours en sa faveur.

Alors, voilà ce que je voudrais proposer au président Ouattara, je peux me tromper, mais compléter la liste pour que la Côte d’Ivoire réapprenne à vivre dans la paix.

                                                   Joël ETTIEN

      Directeur de publication : businessactuality.com 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.