Côte d’Ivoire: Le port des masques pose problème.

Pourquoi les ivoiriens tentent-ils de défier le Covid-19 qui tue sans pitié ? Pendant que les chauffeurs de la commune de Treichville, refusent de prendre des clients sans masques, dans les autres communes, ce n’est pas le cas et tous les abidjanais, se promènent sans aucune mesure de sécurité.

Les ivoiriens sans masques

Hier matin, j’étais devant la mairie de la commune d’Abobo où le Premier Ministre, M. Hamed Bakayoko, est maire. Pour tous ceux qui y ont des rendez-vous, ne peuvent pas avoir accès, sans masque. Comment font-ils ces visiteurs, il y à l’entrée, des vendeurs de masques à 100 frs l’unité. Celui qui arrive, en achète un et entre dans la cour.

J’ai remarqué une dame qui est descendue du taxi sans masque. Elle en achète et le porte. Dès qu’elle est sorite de la mairie, l’enlève et le met dans son sac à main. Un autre constat, ce sont les mentons qui portent les masques à Abidjan et non sur le nez.

Hier matin, il faisait une chaleur de four à cuir du pain, devant l’entrée de la mairie d’Abobo et ça grouillait de monde dont la plupart ne se protègent pas. Cette indiscipline mortifère, si le gouvernement ne prend pas de sérieuses mesures restrictives, aucun ivoirien ne survira.

Quand on leur pose la question, ils estiment tous que la chaleur et leur système immunitaire résiste au virus, pendant ce temps, ça meurt dans les hôpitaux.

Ailleurs

A Yopougon, une autre grande commune, la plus habitée, le constat est aberrant. Non seulement, personne n’en porte et aucun taxi n’exige le port, encore moins les Gbakas, les minicars transportant les passagers. Sans parler de la distanciation, les ivoiriens ne croient pas en l’existence du virus et c’est inquiétant.

Les agents des forces qui devraient donner le bon exemple sont pires que la population. Les policiers estiment qu’il fait chaud et qu’ils n’arrivent à bien respirer dans le masque. Si, ceux-là, censés donner le bon exemple, font fi du danger, ce n’est pas les autres qui suivront la cadence protectrice.

C’est pourquoi, nous suggérons que le gouvernement ivoirien mette la pression sur les forces de l’ordre à respecter et à porter le masque, afin d’infliger sur la population, des contraintes à porter le masque.

Pour l’occasion qui m’a été offerte de me rendre à ‘intérieur du pays, si ceux des grandes villes font fi de l’existence du Corona virus, ce ne sont pas les pauvres villageois qui en prendront conscience de ce danger. Il y a u vrai travail de sensibilisation à faire, malheureusement, les ivoiriens boudent la RTI, leur chaine de télévision nationale et ne suivent pas la sensibilisation.

                                                       Joël ETTIEN

             Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.