Côte d’Ivoire: Pourquoi la corruption ne finira jamais.

Pourquoi, la corruption ne finira jamais en Côte d’Ivoire et qui causerait toujours des tares pour le développement de ce pays ? Notre analyse.

La corruption gagne du terrain

Un neveu est venu me voir pour l’aider à passer un concours d’avancement à la gendarmerie nationale. Après avoir payé, plus de 1. 500 000frs pour l’écrit, on lui exige encore la somme de 50 000 frs pour soudoyer les membres du jury. Il est déjà dans la corporation et c’est évoluer de grade qu’il lui est demandé cette somme colossale.

Une jeune étudiante, s’est fait gruger par un responsable du concours d’entrée à l’école de police, en payant la somme de 1. 300 000 frs. Ce dernier qui est en fonction au ministère de l’intérieur, a bouffé l’argent de la pauvre B. Nicole, alors que c’était un prêt contracté par ses parents, comment et où trouver cette somme pour rembourser au prêteur ? Le sommeil de Nicole est blanchi.

Tout se paie en Côte d’Ivoire. Nous avons pris, ces deux exemples pour montrer à quel point, le pays est miné et à quel point, la corruption ne finira jamais dans ce pays. Prenons l’exemple de celui qui veut avancer à la gendarmerie et qui a décaissé plus de 1. 500 00 frs et doit encore payer le jury, pour son oral.

S’il est maintenu, comment ferait-il pour rembourser à sa banque ce prêt ? Il sera lui aussi, installé aux carrefours des routes ivoiriennes, le sifflet dans la bouche, pour arrêter tous les chauffeurs, sans regarder les papiers affairant au véhicule, il rackettera. Si Nicole avait été admise à l’école de police, elle aussi, ferait pareil, racketter pour rembourser son crédit. Comment la corruption peut finir ?

A tous les services de l’administration, pour passer un concours, il faut payer de l’argent. Ce n’est plus la connaissance, ni l’amour du métier qui se passent ici en Côte d’Ivoire. Comment le pays peut se développer, si tous ceux qui y travaillent ne le font pas par amour. Si tout doit ses moyenner, tout doit se payer, même pour servir son propre pays, c’est normal que sur le terrain, le dévouement manque.

Même pour avoir une place de vendeur au marché, il faut payer, après avoir officiellement rempli les conditions d’acquisition de la place, si vous ne déboursez pas un supplément, les responsables de la mairie, ne vous remettront jamais l’autorisation.

Pour servir son pays, il faut soudoyer, corrompre, sinon, le savoir n’a pas sa place. Dans certaines administrations, il y a des agents qui, ne savent juste que lire et qui occupent des fonctions qu’un bachelier, ne peut pas avoir, parce que ce dernier n’a pas l’argent pour payer et servir loyalement son pays.

On me dit que pour voir une autorité il faut aussi payer l’agent qui fait office de contrôle et filtrage des rendez-vous. Où va donc ce pays qui a autant de potentialités et qui se meurt à cause de la corruption à visage découvert et qui lui fait perdre des milliards de francs ?

Faut-il créer une police anticorruption, qui elle-même ne tomberait pas dans la tentation, sinon à cette allure, les ivoiriens qui veulent travailler et qui n’ont pas les moyens de payer leur entrée dans l’administration, resteront sur les carreaux.

                                                       Joël ETTIEN

             Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.